Les orientations royales consacrent l’attachement “indéfectible” du Maroc aux valeurs de paix et de dialogue

Omar Hilale: Les orientations royales consacrent l’attachement “indéfectible” du Maroc aux valeurs de paix et de dialogue




En droite ligne des Hautes orientations royales, le Maroc maintient un engagement “indéfectible” à la promotion des valeurs de paix et de dialogue entre les religions et les cultures, a affirmé, à New York, l’ambassadeur, représentant permanent du Maroc auprès de l’ONU, Omar Hilale.

Omar Hilale





“Conformément aux Hautes orientations de SM le Roi Mohammed VI, le Royaume du Maroc maintient un engagement indéfectible à la promotion des valeurs de paix, de dialogue entre les religions et les cultures, de respect mutuel, de respect de la dignité humaine et du bon voisinage”, a souligné M. Hilale qui intervenait jeudi lors du Débat annuel de l’Assemblée générale de l’ONU sur la Culture de paix.

L’ambassadeur a relevé que le Royaume accorde une “grande” importance à la lutte contre toutes les formes de discrimination, de xénophobie, de haine et de rejet de l’autre, y compris l’islamophobie, l’antisémitisme et la christianophobie, notant que le Maroc reste disposé à poursuivre ses actions pour lutter contre les discours haineux.

Pour répondre aux nombreux défis que le monde confronte actuellement, notamment la montée des conflits idéologiques, l’intolérance, le repli identitaire, la violence, l’extrémisme, l’encouragement des séparatismes et des groupes armés, le Maroc, en tant qu’acteur “agissant, responsable et actif” au sein de la communauté internationale, est convaincu qu’un renforcement du multilatéralisme et de l’action collective et cohérente de l’ONU en faveur du dialogue, du pluralisme et du respect mutuel, sont indispensables, a -t-il indiqué.




M. Hilale a également fait observer que le Maroc est “fier” d’avoir une tradition ancestrale de tolérance, de modération, de cohabitation, de promotion du dialogue interculturel, interreligieux et inter civilisationnel, étant un carrefour de rencontres et de brassage de différentes cultures, religions et civilisations, ajoutant que le respect de la diversité culturelle et religieuse fait partie intégrante du vécu quotidien et de la conscience collective de la société marocaine.

“D’ailleurs, au Maroc, juste la semaine dernière, Juifs, Chrétiens et musulmans ont célébré +Hanoukka+, main dans la main, à la synagogue Nevé Shalom à Casablanca”, a-t-il dit.

Il a relevé que le Royaume œuvre “inlassablement” pour le renforcement des valeurs de paix, d’harmonie, de connaissance et de respect de la diversité culturelle et cultuelle, aux niveaux national, régional et international, et ce dans le droit fil des Hautes orientations de SM le Roi Mohammed VI.

Le diplomate a rappelé, dans ce cadre, la visite historique de Sa Sainteté le Pape François au Maroc les 30 et 31 mars 2019, à l’invitation de SM le Roi Mohammed VI, Amir Al Mouminin, la deuxième visite après celle du Pape Jean Paul II en 1985, estimant que ce déplacement constitue un témoignage “fort et éloquent” du rôle de premier plan joué par le Maroc.




Ceci pour promouvoir le dialogue, la compréhension et la coopération entre les différentes religions et cultures. Il a, en outre, fait remarquer que le Maroc accorde une importance “fondamentale” à l’éducation comme étant un élément clé pour assurer le développement, l’entretien d’une culture de paix et la lutte contre les fléaux de discrimination, de haine et d’extrémisme.

Le système éducatif marocain inculque, dès le premier âge, les vertus du respect, d’ouverture, de la diversité et des droits de l’Homme, a-t-il encore indiqué, précisant que les manuels et cursus scolaires sont systématiquement et périodiquement revus pour inclure les valeurs du vivre-ensemble, d’harmonie et de tolérance.

Il sied de noter, dans ce sens, la décision prise par le Maroc d’enseigner l’histoire et la culture juives, en langue arabe aux élèves marocains, dès le primaire, a poursuivi l’ambassadeur. M. Hilale a, de même, relevé qu’au Maroc, les jeunes sont les promoteurs de plusieurs initiatives de lutte contre toutes les formes de discrimination.

Il a souligné que le rapport du Secrétaire général de l’ONU intitulé “Promotion d’une culture de paix, du dialogue, de l’entente et de la coopération entre les religions et les cultures au service de la paix” a mentionné que de 2018 à 2021, plus de 5.000 jeunes de plusieurs pays, dont le Maroc, ont participé à une “grande mobilisation d’organisations dirigées par des jeunes, d’universités et de parties prenantes nationales.




Ceci sous la direction de l’UNESCO et du Bureau de lutte contre le terrorisme, afin de favoriser un dialogue inclusif pour la prévention de l’extrémisme violent”.

De même, afin de mettre en avant les valeurs justes, nobles et respectueuses de la religion islamique et combattre toutes formes de radicalisme et d’extrémisme, le Royaume mène diverses initiatives, telles que la réforme du champ religieux, la mise à niveau de l’enseignement religieux et la promotion de la coopération avec les pays frères et amis, particulièrement africains, a-t-il enchaîné.

Dans ce cadre, a-t-il signalé, le Maroc a mis en place la Fondation Mohammed VI des Oulemas, ainsi que l’Institut Mohammed VI pour la formation des imames, morshidines et morshidates, sur instruction de SM le Roi Mohammed VI, Commandeur des Croyants, ajoutant que le Royaume dispense une formation multidimensionnelle à des centaines de prédicateurs et prédicatrices d’un grand nombre de pays africains, arabes, européens et asiatiques.

Il a, par ailleurs, fait observer que le Maroc agit, sur le niveau multilatéral, à un double niveau en contribuant, de manière “très active”, aux débats des divers organes des Nations Unies sur cette question et en participant au processus d’élaboration et d’approbation des résolutions pertinentes onusiennes.




C’est dans cette perspective que le Maroc a présenté à l’Assemblée Générale de l’ONU, en juillet 2019, la résolution historique 73/328 sur “la promotion du dialogue interreligieux et interculturel et la tolérance dans la lutte contre le discours de haine”, a rappelé l’ambassadeur.

Il a ajouté que cette même Assemblée a adopté, en juillet dernier, à l’unanimité, la résolution 75/309 présentée par le Maroc, et qui proclame pour la première fois dans l’histoire des Nations Unies, le 18 juin de chaque année “Journée internationale contre le discours de haine”. “C’est une autre illustration du statut du Maroc en tant que bâtisseur de ponts de tolérance et de dialogue entre les religions, les cultures et les nations”, s’est-il félicité.

Et de poursuivre que le Maroc a présenté, conjointement, avec le Royaume d’Arabie Saoudite à l’AG de l’ONU, en janvier 2021, la résolution 75/258 sur la promotion de la culture de la paix et de la tolérance pour la protection des sites religieux, qui été adoptée par consensus et coparrainée par un grand nombre des États membres.

Pour le diplomate, le Maroc est aussi “fier” d’avoir largement contribué à l’adoption et à la mise en œuvre des plans d’action, documents et résolutions qui constituent la pierre angulaire des efforts et initiatives onusiens visant la promotion de la culture de la paix, les valeurs de modération et de tolérance, et la lutte contre tous les maux de discrimination et d’exclusion.




Il s’agit notamment des plans d’action des Nations Unies sur la sauvegarde des sites religieux ainsi que sur le discours de haine, la Déclaration de Marrakech sur la protection des minorités religieuses dans le monde musulman, le Plan d’action de Rabat sur l’interdiction de tout appel à la haine nationale, raciale ou religieuse et le Plan d’action de Fès sur le rôle des chefs religieux pour prévenir l’incitation à la violence pouvant conduire à des atrocités, a rappelé M. Hilale.

Dans la même veine, l’ambassadeur a souligné que le Maroc, membre fondateur de l’Alliance des civilisations dont il salue le haut représentant Miguel Ángel Moratinos, participe “activement” aux dialogues et conférences mondiaux, et œuvre en faveur de la compréhension et de l’enrichissement culturel et cultuel et ne ménage aucun effort pour promouvoir un dialogue de paix permettant l’éclosion de véritables synergies au sein de la Communauté internationale.

Le Maroc est honoré d’abriter l’année prochaine, en décembre, le Sommet mondial de l’Alliance des civilisations qui a été reporté l’année dernière en raison du COVID-19, a-t-il affirmé. M. Hilale a, par ailleurs, fait remarquer que la pandémie du COVID-19 a “fortement” interpellé la communauté internationale.




Ceci afin de renforcer la centralité et l’importance de la construction d’un monde pacifique, stable, et prospère, notant que la crise sanitaire a montré à quel point la mise à profit d’une culture de la paix est cruciale pour combler les fossés entre et au sein des sociétés.

Il a, à cet égard, salué “vivement” et particulièrement le rôle, les actions et les initiatives entreprises par le Secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres pour maintenir l’organisation internationale au centre du multilatéralisme et de tous les efforts internationaux de lutte contre la pandémie du COVID-19.

Les chefs religieux ont, également, un rôle “important” à jouer pour relever les défis posés par la pandémie du COVID-19, a-t-il indiqué, ajoutant que le Maroc, en soutien à l’appel du Secrétaire Général sur cette question, a organisé en mai 2020 la vidéoconférence de haut niveau intitulée “Le rôle des chefs religieux dans la résolution des multiples défis du COVID-19”.

Et M. Hilale de conclure en réitérant le “plein” soutien du Maroc aux efforts de l’ONU pour faire de la promotion d’une culture de paix et du dialogue entre les religions et les cultures, le centre d’attention de l’ensemble du système des Nations Unies.