Zone franche de Fnideq: les travaux achevés d’ici fin décembre

Zone franche de Fnideq : les travaux achevés d’ici fin décembre




Les travaux de la zone franche de Fnideq seront achevés d’ici la fin de l’année. Le projet vise à développer la région du nord du pays et à lui insuffler une nouvelle dynamique économique après l’arrêt du commerce de contrebande avec la ville occupée de Ceuta.

La ville de Fnideq, durement touchée par la décision du gouvernement de fermer le passage frontalier aux marchandises en provenance de Ceuta pour mettre fin au commerce de contrebande, et par la fermeture des frontières pour raison de crise sanitaire, a longtemps exigé un plan de relance économique.

Durant plusieurs semaines, les habitants de la ville avaient manifesté pour exiger la réouverture des frontières qui avait empêché des milliers de travailleurs frontaliers de se rendre à Sebta, dans le préside occupé de Ceuta.




Selon une étude de la Chambre de commerce de Casablanca Maroc, quelque 400 000 habitants de la région vivaient du commerce transfrontalier avec Ceuta qui générait environ 2 milliards d’euros par an et 40 000 emplois directs au Maroc, selon les données de la direction des douanes de la zone nord.

Le gouvernement a finalement répondu au cri de cœur des habitants de Fnideq en autorisant la création d’une « Zone d’activité économique Fnideq », sous forme d’une société par actions.

L’Agence pour la promotion et le développement du Nord a été chargée de concevoir et de construire la nouvelle zone franche qui sera inaugurée en janvier prochain, les travaux devant être achevés d’ici la fin de l’année. Le projet a été conçu pour promouvoir la reprise économique de la région nord du Royaume du Maroc.




C’est ce que fait savoir El Foro de Ceuta. Deux zones seront réalisées par le projet : la zone commerciale qui est fin prête et la zone industrielle qui sera installée au sud de la ville.

Le projet sera réalisé sur une superficie de 90 hectares dont 10 hectares accueilleront 76 bâtiments industriels destinés au commerce d’import-export et à l’industrie de la transformation légère. Cette première phase du projet coûtera 91,5 millions de dirhams, soit près de neuf millions d’euros.

Par ailleurs, Tanger Med Zones (TMZ), aménageur-développeur, filiale du groupe Tanger Med, a annoncé lundi 22 novembre le lancement d’un projet d’outlet dans la nouvelle zone commerciale située entre Tétouan et M’diq et qui sera opérationnel d’ici avril 2022. Le projet vise également à développer l’offre touristique de la région.