Le sous-sol marocain est riche en gaz naturel

Le sous-sol marocain est riche en gaz naturel




Plusieurs sociétés internationales spécialisées en prospection pétrolière et gazière confirment que le sous-sol marocain est riche en gaz naturel.

En témoigne d’ailleurs la découverte de Sound Energy, la plus importante jamais réalisée au Royaume du Maroc.

Le Royaume du Maroc attire les sociétés internationales spécialisées en prospection gazière en raison de son potentiel en hydrocarbures de manière générale (gaz et pétrole).

Selon Abdellah Mouttaqi, secrétaire général de l’Office national des hydrocarbures et des mines (ONHYM), les études d’évaluation géologiques et géophysiques réalisées au cours des dernières décennies, ont permis de certifier que « le Maroc dispose de plusieurs bassins sédimentaires en onshore et en offshore dont la géologie a permis la genèse de différents systèmes pétroliers qui pourraient être potentiellement favorables à l’accumulation de gisements gaziers ».

Dans un entretien accordé à Challenge, le responsable a déclaré que les autorités marocaines ont aussi créé les conditions pour attirer les investisseurs dans ce secteur.




L’État marocain offre plusieurs avantages aux sociétés pétrolières, notamment une exonération de 10 ans sur l’impôt sur les sociétés ainsi que plusieurs exonérations fiscales (TVA, taxe professionnelle, etc.) et des taux attractifs pour le droit de concession et le loyer superficiaire, précise-t-il. Abdellah Mouttaqi a aussi exposé les zones en développement et production.

Il s’agit en l’occurrence du bassin du Gharb où des gisements productifs de gaz ont été découverts.

Des gisements qui, malgré leur petite taille, « sont économiquement intéressants et rentables grâce à l’existence, sur place, d’un réseau de gazoducs important, ainsi que la proximité de plusieurs industries dans la province de Kénitra », explique-t-il.

Il a ajouté que ces gisements de gaz sont déjà mis en production et directement connectés au réseau de pipeline existant et aux stations de séparation.

Deux des puits d’exploration réalisés entre 2016 et 2018 par Sound Energy dans la région de Tendrara, ont également confirmé la présence de gaz naturel.




Ce gisement sera mis en production très prochainement, assure le Secrétaire Général de l’Office national des hydrocarbures et des mines qui a annoncé la signature récente avec l’ONEE (Office national de l’électricité et de l’eau potable), d’un contrat de livraison de gaz via le gazoduc Maghreb-Europe (GME) après la construction d’une bretelle de 120 kilomètres.

Des travaux d’évaluation et d’exploration gazière se poursuivent sur les bassins d’Essaouira, de Guercif, Zag, Boudenib, Missour et pourraient aboutir à des résultats. A fin novembre 2021, 13 sociétés travaillent avec l’ONHYM pour la recherche des hydrocarbures (pétroles et gaz).

Elles ont obtenu « 27 permis onshore, 26 permis offshore, 1 autorisation de reconnaissance onshore, 1 autorisation de reconnaissance offshore et 8 concessions d’exploitation.

Parmi ces permis de recherche, 30 sont dédiés exclusivement à l’exploration gazière, dont 2 en offshore », a souligné Abdellah Mouttaqi.

Il a indiqué que 27 milliards 134 millions de dirhams d’investissements ont été réalisés entre 2000 et 2020.