Le Maroc veut réduire le surpeuplement des établissements pénitentiaires

Le Maroc veut réduire le surpeuplement des établissements pénitentiaires




Face au surpeuplement des établissements pénitentiaires marocains, le gouvernement veut réduire le recours excessif à la détention préventive. Un projet de loi a été initié à cet effet. Cette nouvelle disposition contenue dans le nouveau code de la procédure pénale va permettre de désengorger les prisons, a indiqué le ministre de la Justice Abdellatif Ouahbi, répondant aux parlementaires préoccupés par l’encombrement des prisons. Selon les chiffres officiels issus du rapport annuel du Ministère public, plus de 45 % de la population carcérale au Maroc est constituée de personnes détenues à titre préventif. Mais, leur sort relève de la compétence du procureur du roi qui peut décider de poursuivre ou non les suspects en état de liberté ou en état d’arrestation.




Cette décision est prise en fonction de la nature de l’infraction commise et en fonction de la nature du dossier, a souligné le ministre de la Justice. Pour y remédier, « nous avons introduit de nouvelles dispositions qui vont réduire les possibilités de détenir les suspects », a indiqué le ministre, selon qui le nouveau code de la procédure pénale va exiger plus de conditions pour mettre les gens en détention. À terme, la réforme imposera aux procureurs de justifier leurs décisions au cas où ils décident de placer les personnes arrêtées en détention. « Les juges seront appelés à justifier la légitimité de leur décision dans un délai de 24 heures en cas de recours déposé par l’avocat de la défense », a expliqué le ministre de la Justice Abdellatif Ouahbi.