L’Espagne organise des manœuvres navales près des eaux marocaines

L’Espagne organise de grandes manœuvres navales près des eaux marocaines




Non loin de la ferme piscicole marocaine installée près des eaux de Chafarinas, l’armée espagnole organise, jusqu’au 19 décembre, de grands manœuvres militaires.

Outre la participation de 1 200 soldats, l’Espagne a mobilisé son Landing Hélicopter Dock (LHD) Juan Carlos, trois patrouilleurs et un navire de transport (ou navire-grue).

Le dispositif déployé compte également la participation de bateaux rapides.

Au programme de l’opération, des escales sur l’ensemble des zones occupées qui sont contrôlées par l’Espagne en Méditerranée occidental, y compris les îles Chafarines ainsi que les îles Vélez de la Gomera et Alhucemas.

D’ailleurs, il est prévu qu’accostent, les 17 et 18 décembre, le LHD Juan Carlos et la frégate Reine Sofia au port de la ville occupée de Melilla et le navire de guerre Numancia au port de la ville occupée de Ceuta.

Les manœuvres seront marquées aussi par des tirs de missiles.




Des hélicoptères et les avions de chasse de type Harrier (décollage et atterrissage vertical) exécuteront des vols sur les «frontières sud de la Méditerranée», rapportent des médias ibériques.

Par ce grand exercice, l’Espagne tient à affirmer son statut de première force navale pour le contrôle du détroit de Gibraltar, notamment sa rive sud.

Un message destiné surtout aux États-Unis.

Hier, l’armée américaine a choisi de confier à la frégate Allal Ben Abdellah d’escorter le porte-avion USS Harry Truman lors de son passage par Gibraltar.

Pour rappel, début novembre, l’armée américaine a réduit ses effectifs à la base de Moron (à Séville). Washington a transféré des unités du Corps des Marines, environ 850 militaires et 8 avions, vers sa base de Venise en Italie.

Depuis la crise de la ferme piscicole marocaine près des îles Chafarinas, l’armée espagnole a déjà envoyé un patrouilleur et un général sur place.