Maroc-Italie: un réseau de trafic de drogue démantelé

Un réseau de trafic de drogue actif entre le Maroc et l’Italie démantelé




Les Carabiniers de la direction provinciale de Milan ont exécuté, cette semaine, une ordonnance de garde à vue émise à la demande du bureau du procureur, contre 10 suspects appartenant à un réseau international de trafic de drogue.

Alors que ses membres sont également soupçonnés de recel des biens et blanchiment d’argent, le réseau était actif entre l’Italie, Hong Kong et le Maroc, rapporte la presse italienne.

Des mesures conservatoires ont été menées dans les provinces de Milan, Bergame, Pavie, Pesaro, Ascoli Piceno, Brindisi et Bari. Les enquêtes ont été lancées en novembre 2017 et se sont terminées en octobre 2019, permettant d’identifier une organisation criminelle dédiée à la traite de stupéfiants et actif dans diverses provinces du nord et du centre de l’Italie.

Au cours des enquêtes, il a été découvert que l’argent de l’activité de transaction était périodiquement retiré par un membre de l’organisation qui, grâce à des complices chinois, procédait au transfert d’argent.




C’était d’abord à Hong Kong et, par la suite, par virements bancaires, détourné vers le Royaume du Maroc.

Cet argent était ensuite réinvesti dans des activités commerciales légitimes, «principalement dans le secteur de l’habillement» ou encore d’autres opérations financières. L’argent a également été utilisé pour l’achat et l’approvisionnement en drogue pour l’organisation.

Au cours de l’enquête, un total de 720 kilos de substances stupéfiantes (marijuana, résine de cannabis, cocaïne et MDMA) et un total de 3 800 000 000 d’euros en espèces ont été saisis. On estime également qu’au cours de la période de surveillance, l’argent transité par Hong Kong peut être chiffré à environ 200 millions d’euros.

Pour ces accusations, les carabiniers ont procédé à 8 arrestations, 5 personnes ont été placées en détention provisoire et 3 en résidence surveillée, tandis que des autres mesures de l’obligation de présentation à la police judiciaire ont été appliquées à l’encontre de deux suspects.