ONEE: 18 M€ de la BAD pour la pérennisation et la sécurisation de l’alimentation en eau potable

ONEE : 18 M€ de la BAD pour la pérennisation et la sécurisation de l’alimentation en eau potable




L’Office national de l’électricité et de l’eau potable (ONEE) et la Banque africaine de développement (BAD) ont signé un accord de financement additionnel de 18 millions d’euros (M€) pour la pérennisation et la sécurisation de l’alimentation en eau potable dans plusieurs régions du Royaume du Maroc.

Signé par Abderrahim El Hafidi, Directeur Général de l’Office national de l’électricité et de l’eau potable et Achraf Tarsim, Représentant Résident de la Banque africaine de développement au Maroc, ce concours financier additionnel contribuera, avec le prêt déjà mobilisé en 2018 (d’un montant total d’environ 115 M€), au financement d’un programme visant la pérennisation et la sécurisation de l’alimentation en eau potable des villes d’Al Hoceima, Tanger, Guercif, Béni Mellal et Zagora à travers plusieurs composantes, indique un communiqué de l’Office national de l’électricité et de l’eau potable.

Il s’agit de l’adduction des eaux brutes du futur barrage « Ghriss » jusqu’à la station de traitement d’Al Hoceïma.




Il s »agit également de l’adduction des eaux brutes du barrage « Ibn Battouta » jusqu’à la station de traitement Mharhar/Tanger, ainsi que du renforcement de la production d’eau de la région de Guercif à partir du futur barrage « Targa Ou Madi », de la capacité de traitement pour la région de Beni Mellal et de la production d’eau de la région de Zagora à partir du futur barrage « Agdez ».

Ces différents projets s’inscrivent dans le cadre du Programme National pour l’Approvisionnement en Eau Potable et l’Irrigation 2020-2027 (PNAEPI) dont la convention a été signée devant le Roi Mohammed VI. Cette convention a été signée le 13 janvier 2020.

La collaboration entre l’Office national de l’électricité et de l’eau potable et la Banque africaine de développement dans les secteurs de l’eau potable et de l’assainissement liquide remonte à 1978 avec une contribution financière totale de la Banque africaine de développement de l’ordre de 9 milliards de dirhams.