Affaire « Sexe contre bonnes notes »: le doyen de la Faculté de droit de Settat viré

L’affaire « Sexe contre bonnes notes » emporte le doyen de la Faculté de droit de Settat




Le Chef du gouvernement, Aziz Akhannouch, vient de démettre de ses fonctions le doyen de la Faculté des sciences juridiques, économiques et sociales de Settat.

La décision fait suite à la mise en examen des professeurs impliqués dans l’affaire dite «Sexe contre bonnes notes».

Le doyen de la Faculté des sciences juridiques, économiques et sociales de Settat, où a éclaté l’affaire dite « Sexe contre bonnes notes », a été révoqué mardi par le Chef du gouvernement, Aziz Akhannouch, fait savoir le quotidien arabophone Assabah, précisant que cette décision a été prise sur la base d’un rapport de l’inspection générale du ministère de l’Enseignement supérieur.

Cette affaire de sextorsion a révélé les nombreux dysfonctionnements et mauvaises pratiques dans la faculté.

Selon le rapport de l’inspection générale, des cas de falsification des notes, de mauvaise gestion des mémoires des lauréats du master, et de mauvaise gouvernance administrative et pédagogique par le doyen de la faculté, ont été notés.

Le rapport fait état d’un laisser-aller et d’un laisser-faire total du doyen qui n’a aucun contrôle sur les agissements des enseignants.

Le rapport évoque par ailleurs une situation inédite.

Un professeur avait en charge à lui seul l’encadrement d’une centaine d’étudiants en licence et en master, « ce qui lui permet d’exercer du chantage en exigeant aux étudiants des contreparties pécuniaires et des faveurs sexuelles aux étudiantes » et qui rendait également impossible la soutenance des mémoires.