Le Maroc abrite la 10ème Conférence Internationale sur les géoparcs mondiaux de l’Unesco

Le Maroc choisi pour abriter la 10ème Conférence Internationale sur les géoparcs mondiaux de l’Unesco




Le Maroc a été élu, ce jeudi à l’unanimité, pour abriter la 10e Conférence Internationale sur les géoparcs mondiaux de l’Unesco, par le conseil du Réseau mondial des géoparcs (GGN) qui se tiendra du 5 au 10 septembre 2023, à Marrakech, apprend-on auprès de la délégation permanente du Royaume du Maroc auprès de l’Unesco.

Le conseil du Réseau mondial des géoparcs a procédé à l’élection du Maroc après avoir évalué soigneusement les dossiers des trois autres pays candidats, à savoir, la France, le Brésil et le Mexique.

Première du genre dans la région africaine et arabe, l’organisation de cet évènement au Maroc s’inscrit en droite ligne de l’initiative conjointe de l’UNESCO et du Réseau mondial des géoparcs visant à promouvoir le concept de géoparc en Afrique et dans le monde arabe. Elle constitue, pour le Maroc, une opportunité pour mettre en exergue les richesses géologiques et touristiques exceptionnelles du site de M’Goun.




C’est le premier site arabe et africain à intégrer le Réseau mondial des Géoparcs en 2014. Cela permettra aussi d’internationaliser l’expertise du Royaume du Maroc dans le domaine de la protection et de la valorisation du patrimoine naturel et culturel du Géoparc.

L’élection du Maroc illustre également la reconnaissance de l’Unesco du rôle pionnier du Maroc en tant que président, depuis 2019, du Réseau africain des géoparcs de l’organisation onusienne (AUGGN), dans l’élargissement du réseau des géoparcs dans la région arabe et africaine ainsi que dans la mise en œuvre des objectifs du Programme international des géosciences et des géoparcs (IGGP).

Les géoparcs mondiaux de l’Unesco sont des zones géographiques uniques et unifiées où les sites et les paysages d’importance géologique internationale sont gérés avec un concept holistique de protection, d’éducation et de développement durable impliquant les communautés locales.