L’Espagne déploie des missiles antinavires Harpoon sur les îles Chafarines

En pleine crise de la ferme piscicole, l’Espagne déploie des missiles Harpoon sur les îles Chafarines




En plein crise sur la ferme piscicole marocaine, près des Chafarinas, l’armée espagnole renforce la sécurité des îles Chafarinas avec l’installation des rampes mobiles de lancements de missiles américains antinavires Harpoon.

L’affaire des fermes piscicole a accéléré l’installation de ces missiles, même si le projet est examiné, par le haut commandement de l’armée ibérique, depuis près d’une année.

L’île Al Huceimas, située également dans les eaux de Méditerranée occidentale, accueille déjà les missiles américains Harpoon, rappelle-t-on.

Cette opération est destinée surtout à répondre aux voix qui s’alarment des conséquences du réarmement du Maroc vis-à-vis de la présence de l’Espagne dans les villes occupées de Ceuta et Melilla.

La formation d’extrême droite Vox a, d’ailleurs, exigé en octobre l’achat de 200 missiles anti-navires et plusieurs sous-marins pour assurer la sécurité des deux enclaves et des autres îles en Méditerranée.




Pour rappel, les Forces armées royales ont commandé, en avril 2020, 10 missiles Harpoon antinavires aux États-Unis pour un montant de 62 millions de dollars. Une commande qui a soulevée, en son temps, l’ire de certains politiques en Espagne.

L’un d’eux, l’eurodéputé des Ciudadanos, José Ramón Bauzá, est allé jusqu’à solliciter des présidents des commissions des Affaires étrangères à la Chambre des représentants et au Sénat des États-Unis de voter contre le projet de contrat.

«Cela constitue un risque pour l’Espagne et affecterait négativement la stabilité dans le stratégique détroit de Gibraltar», a-t-il expliqué.

Non loin de la ferme piscicole marocaine installée près des eaux des Chafarinas, l’armée espagnole organise, jusqu’au dimanche 19 décembre, de grandes manœuvres militaires, avec la participation de 1 200 soldats.

L’Espagne a mobilisé son Landing Hélicopter Dock (LHD) Juan Carlos, trois patrouilleurs et un navire de transport (ou navire-grue), outre plusieurs bateaux rapides.