2021, un nouveau jalon dans le développement du Maroc de demain

2021, un nouveau jalon dans le développement du Maroc de demain




Explorer de nouveaux leviers de développement en faveur du bien-être du citoyen marocain, telle est l’ambition du Nouveau modèle de développement qui a vu le jour, en 2021, et esquissé, désormais, les contours du Maroc de demain. Fruit d’un travail collaboratif ayant réuni le consensus de l’ensemble des forces vives du Royaume, cette nouvelle feuille de route, dévoilée en mai dernier, pose les jalons d’un avenir meilleur, auquel ont tant aspiré tous les Marocains. L’année 2035, est l’horizon fixé par ce nouveau référentiel, hautement salué à l’échelle mondiale et élaboré selon une approche participative et inclusive, conformément aux Hautes orientations de SM le Roi Mohammed VI.




À la base, une série de réunions, de rencontres et de larges concertations et séances d’écoute, menées par la Commission Spéciale sur le modèle de Développement (CSMD), une structure à caractère consultatif, que le Souverain a mis en place, en novembre 2019, pour faire un diagnostic audacieux et objectif et proposer des solutions adaptées.

Résultat : un rapport général du nouveau modèle riche de conclusions et de recommandations et dont copie a été présentée au Souverain, par Chakib Benmoussa, président de cette Commission, lors d’une cérémonie au Palais Royal de Fès.

S’en est suivi une série de rencontres citoyennes organisées par la Commission Spéciale sur le modèle de Développement à travers le Maroc, conformément aux Hautes instructions royales, visant à mener dans les 12 régions du Royaume une vaste opération de restitution et d’explication des conclusions et recommandations du rapport de la Commission Spéciale sur le modèle de Développement auprès des citoyens et des différents acteurs locaux.




2035, un horizon … des ambitions

Le développement d’une économie productive, diversifiée, créatrice de valeur ajoutée et d’emplois de qualité est l’un des axes primordiaux du Nouveau Modèle de Développement (NMD).

Dans son rapport général, la Commission Spéciale sur le modèle de Développement souligne que l’ambition du Nouveau Modèle de Développement est de créer les conditions pour que le Maroc tire profit de l’ensemble de ses atouts en devenant une nation d’opportunités, d’entrepreneuriat et d’innovation.

Ainsi, le Nouveau Modèle de Développement a fait de l’accélération de la croissance l’un de ses socles majeurs, à la faveur notamment de l’exploitation de l’ensemble de ses potentialités. De ce fait, les chantiers principaux du Nouveau Modèle de Développement, du fait de leur portée transformationnelle favoriseraient la transition vers un nouveau palier de croissance annuelle du PIB qui devrait s’établir à 6% en moyenne à partir de 2025 et à 7% à partir de 2030, estime la Commission.




En effet, la Commission Spéciale sur le modèle de Développement trace une ambition pour le Maroc à horizon 2035, une ambition qui met l’humain et le citoyen en son centre et valorise la mobilisation de tous pour porter le projet collectif au service du développement de la Nation.

Pour atteindre cette ambition, la Commission Spéciale sur le modèle de Développement note que le Maroc devra relever de nombreux défis et réaliser un rattrapage nourri par des progrès significatifs dans des domaines marqués par des déficits importants, qui constitueraient des freins au développement s’ils n’étaient pas significativement améliorés, comme, l’éducation de qualité, la participation des femmes ou la préservation de l’eau.

Il sera également nécessaire de saisir avec audace toutes les opportunités à la portée du Maroc pour accélérer son développement, en prenant des paris d’avenir et des objectifs d’excellence dans des domaines stratégiques et transformationnels.




Quid de la mise en œuvre du Nouveau Modèle de Développement ?

La mise en œuvre effective du modèle de développement requiert le renforcement des fonctions de pilotage stratégique, de suivi et de conduite de changement.

Pour ancrer le Nouveau Modèle de Développement comme référentiel commun des acteurs et engager dans sa réalisation l’ensemble des forces vives, la Commission Spéciale sur le modèle de Développement propose de le traduire dans un “Pacte National pour le Développement”.

Ce pacte constituerait un moment consensuel d’engagement des acteurs du développement autour d’une nouvelle ambition pour le pays et un référentiel commun qui guide et oriente l’action de toutes les forces vives dans leur pluralité.

Aussi, la Commission Spéciale sur le modèle de Développement recommande un deuxième mécanisme et qui consiste en la création d’un mécanisme sous l’autorité directe de Sa Majesté le Roi.




Ceci pour suivre le nouveau modèle de développement, stimuler les projets stratégiques et soutenir la volonté de changement.

D’ailleurs, dans son discours adressé à la Nation à l’occasion du 22è anniversaire de la fête du Trône (juillet 2021), SM le Roi avait affirmé que la phase de mise en œuvre du Nouveau Modèle de développement relève d’une responsabilité nationale nécessitant la mobilisation des potentialités de la Nation et l’implication de toutes ses compétences.

“À l’instar de la phase de conception de ce modèle, Nous estimons que celle de sa mise en œuvre relève d’une responsabilité nationale nécessitant la mobilisation des potentialités de la Nation et l’implication de toutes ses compétences, notamment celles qui, au cours des prochaines années, seront appelées à exercer des responsabilités gouvernementales et des mandats publics”, avait souligné le Souverain.