2021, l’année du lancement officiel des échanges commerciaux sous ZLECAF

2021, l’année du lancement officiel des échanges commerciaux dans le cadre de la Zone de libre-échange continentale africaine




L’année 2021 qui tire à sa fin a été marquée par l’aboutissement d’un projet phare dans l’intégration économique africaine consacrée par le lancement officiel, le 1er Janvier dernier, des échanges commerciaux dans le cadre de la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAF).





Le début effectif des échanges commerciaux sous ZLECAF, constitue une étape importante dans l’intégration économiques dans un espace commercial des plus important au monde de 1,2 milliard de consommateurs actuellement, selon des chiffres de la Commission économiques des Nations Unies pour l’Afrique, basée à Addis-Abeba.

L’opérationnalisation de cette grande zone qui a été décidée par les Chefs d’Etat et de gouvernement des 54 pays membres de l’Union africaine, s’inscrit en droite ligne avec la vision de SM le Roi Mohammed VI pour «l’émergence d’une Nouvelle Afrique: une Afrique forte, une Afrique audacieuse qui prend en charge la défense de ses intérêts, une Afrique influente dans le concert des Nations».

Dès le lancement de ce grand projet le 21 mars 2018 lors du Sommet extraordinaire de l’Union africaine sur la ZLECAF tenu dans la capitale rwandaise Kigali, SM le Roi Mohammed VI, que Dieu l’Assiste, avait affirmé que «le Maroc croit à un co-développement fondé sur la coopération intra africaine et la complémentarité économique, sur la solidarité active et la mutualisation des moyens et des efforts.

Il s’agit là, somme toute, des conditions inhérentes à toute croissance inclusive, au développement humain et durable de notre continent ».




« À terme, l’objectif est d’ériger notre Continent en force dynamique et en acteur majeur sur la scène internationale, au bénéfice de nos populations», avait souligné le Souverain dans le Discours adressé au Sommet extraordinaire de l’Union africaine à Kigali.

Ainsi, depuis le Sommet extraordinaire de Kigali, le Royaume qui place le développement socio-économique de l’Afrique et la prospérité du citoyen africain au centre de ses préoccupations, a œuvré sans relâche pour voir se concrétiser ce catalyseur du «Made in Africa» et ce vieux rêve des pères fondateurs de l’Organisation de l’Unité Africaine (OUA).

Le Royaume n’a cessé de réaffirmer son attachement à mettre en œuvre l’Accord de la ZLECAF en tant que pilier de l’intégration économique africaine et de réitérer sa disponibilité à contribuer à l’avancement des travaux menant vers l’opérationnalisation de la ZLECAF et le début des échanges commerciaux qui vient de se concrétiser le 1er janvier de l’année 2021.

Prévu initialement en juillet 2020, le lancement officiel de la ZLECAF qui avait été reporté au 1er janvier 2021 en raison de la pandémie du COVID-19, marque une étape importance dans l’avancement de l’intégration économique africaine.




L’opérationnalisation de la ZLECAF «s’inscrit parfaitement dans la vision de SM le Roi Mohammed VI pour une Afrique intégrée et prospère», avait souligné le ministre des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger, M. Nasser Bourita, en marge du 12ème Sommet extraordinaire de l’UA auquel il avait représenté SM le Roi, en juillet 2019 à Niamy exclusivement consacré au lancement de la phase opérationnelle de la ZELCAF.

«Selon la vision de SM le Roi Mohammed VI, la création de la ZLECAF, loin d’être une fin en soi, marque le début d’un dessein collectif plus vaste. Elle est l’expression d’un nouveau modèle de co-développement en Afrique, d’un modèle inclusif, solidaire et efficient, au service du citoyen africain», avait relevé M. Bourita.

La ZLECAF ne peut réussir sans s’appuyer, avec assurance, sur le socle des Communautés Economiques Régionales, auxquelles elle apportera de nouveaux débouchés et de nouvelles dynamiques d’interaction, avait insisté le ministre.

C’est dans ce cadre, que le Maroc a souligné l’importance cruciale de l’intégration régionale au niveau des Communautés économiques régionales comme étape indispensable à l’aboutissement de l’intégration continentale, recherchée par la ZLECAF.