Maroc: 2 nouvelles zones industrielles « cuir » bientôt opérationnelles

Maroc: 2 nouvelles zones industrielles « cuir » bientôt opérationnelles




Le développement et la pérennisation du secteur du cuir nécessite un investissement dans la structuration de ce segment, a indiqué, à Casablanca, le ministre de l’Industrie et du Commerce, Ryad Mezzour.

Ryad Mezzour





« La force d’un secteur se mesure à sa capacité d’adaptation aux mutations qui s’opèrent à l’échelle mondiale.

C’est un principe de base qui impose à ce secteur de se doter d’un amont fort », a relevé Mezzour lors d’une réunion de travail avec la Fédération Marocaine des Industries du Cuir (FEDIC).

L’un des enjeux majeurs de cette industrie consiste à booster les marques de cuir marocaines au plan qualitatif surtout, pour répondre aux exigences des consommateurs marocains quel que soit le produit, a-t-il fait savoir, appelant, à cet égard, à garantir une meilleure intégration et plus de compétitivité du secteur.

De même, le ministre a mis en avant le rôle important que devront jouer les deux nouvelles zones industrielles dédiées aux métiers de l’industrie du cuir lancées par le ministère « CASA CITY SHOES » et « AIN CHEGGAG » qui verront bientôt le jour.




Et de soutenir que le renforcement des compétences s’inscrit également au rang des priorités.

« Le capital humain étant le moteur du développement du secteur, il est primordial de développer une offre de formation répondant aux besoins actuel et futur du secteur pour accompagner son développement avec un mode de gouvernance public-privé », a-t-il ajouté.

L’évolution du secteur est en cours mais reste tributaire d’une mise à niveau des entreprises du secteur du cuir aux normes de développement durable et de décarbonation.

« Ce n’est pas un choix, mais une nécessité, et nous sommes là pour vous y accompagner », a conclu Mezzour.

De son côté, le président de la FEDIC, Hamid Ben Rhrido, a indiqué que cette rencontre se veut une occasion pour discuter et échanger des enjeux du secteur du cuir et des stratégies de développement de ce segment.




Il a rappelé l’importance du secteur dans l’industrie nationale et le rayonnement de la fabrication locale, mais aussi dans l’émergence de certaines régions qui en font l’une de leurs principales activités.

À cet égard, Ben Rhrido a rappelé que dans le cadre du Plan de relance industrielle (2021-2023), 26 projets d’investissement dans l’ensemble des filières du cuir ont été accompagnés avec un montant d’investissement prévisionnel de près de 525 millions de dirhams et qui devraient permettre la création de plus de 8.200 emplois stables.

Le secteur du cuir est doté de branches performantes, dont celles de la chaussure, de la maroquinerie et des vêtements en cuir, a-t-il fait savoir.

Le secteur a réalisé un chiffre d’affaires à l’exportation de 4 milliards de dirhams (MMDH) et employé 17.020 personnes en 2019 et permis de créer, dans le cadre du Plan d’accélération industrielle, 7.200 emplois stables entre 2014 et 2020.