Propagation d’Omicron: l’Unicef craint la (re)fermeture des écoles

Propagation d’Omicron: l’Unicef craint la (re)fermeture des écoles




Alors que les cas de Covid-19 connaissent une nouvelle flambée dans le monde entier, alimentée de plus en plus par Omicron, une autre vague de fermetures généralisées d’écoles serait «désastreuse» pour les enfants, a alerté vendredi dernier le Fonds des Nations unies pour l’enfance (Unicef). «Même si la variante Omicron s’installe, la fermeture des écoles doit être une mesure de dernier recours», a indiqué l’Unicef dans un communiqué.

«Les preuves sont claires : les fermetures prolongées d’écoles à l’échelle nationale, les ressources limitées pour les élèves, les enseignants et les parents, ainsi que le manque d’accès à l’apprentissage à distance ont anéanti des décennies de progrès en matière d’éducation et rendu l’enfance méconnaissable», a estimé la directrice générale de l’Unicef, Henrietta Fore, citée dans le communiqué. Et si la transmission communautaire du covid-19 augmente et que des mesures de santé publique strictes deviennent nécessaires ?




Dans ce cas là, l’Unicef estime que «les écoles doivent être les derniers endroits à fermer et les premiers à rouvrir». Le Fonds pour l’enfance a, dans ce cadre, prôné l’utilisation de ces connaissances pour faire tout ce qui est possible pour laisser les écoles ouvertes, tout en augmentant les investissements dans la connectivité numérique pour s’assurer qu’aucun enfant n’est laissé de côté.

Selon un rapport publié en octobre dernier par l’Unicef, au moins 200 millions d’élèves vivent dans une trentaine de pays en développement qui ne sont toujours pas prêts à passer à l’enseignement à distance en cas de fermeture d’urgence des écoles. Parmi ces élèves, 102 millions vivent dans 14 pays qui ont complètement ou partiellement fermé leurs écoles pendant au moins la moitié de la pandémie de la Covid-19, privant ainsi de nombreux enfants de toute forme d’éducation.