Le plus ancien doctorat en médecine décerné à un Marocain à Fès en 1207

LE PLUS ANCIEN DOCTORAT EN MÉDECINE A ÉTÉ DÉCERNÉ À UN MAROCAIN À FÈS EN 1207




Le plus ancien doctorat en médecine a été délivré à Fès à l’étudiant marocain Abdellah Ben Saleh Al Koutami. Ce dernier a étudié à l’Université d’Al Quaraouiyine et était le disciple de prestigieux scientifiques musulmans, comme Al Baytar et Annabati.

La première université du Maroc avait accordé à l’un de ses étudiants le plus ancien diplôme de docteur en médecine (MD) connu, documenté et délivré au monde.

Connue comme la plus ancienne institution d’enseignement supérieur existante et fonctionnant continuellement au monde, l’Université Al Quaraouiyine à Fès a remis le certificat à Abdellah Ben Saleh Al Koutami en 1207.

Intitulé Ijaza (certificat ou licence), le diplôme a permis à Al Koutami de pratiquer la médecine humaine et vétérinaire, devenant le plus ancien étudiant universitaire connu à recevoir une telle licence.

Une étude publiée par le Journal of Medical and Surgical research (Vol. VI) soutient que cette Ijaza d’Al Quaraouiyine est le «Premier certificat MD disponible, documenté et délivré dans le monde».

Compilée par le Dr Younes Cherradi, l’étude révèle que le certificat comprenait «une introduction à la grande valeur de la médecine et des sciences médicales dans l’Islam».




Elle évoque aussi le progrès des sciences médicales de l’Islam, «de la thérapie par ventouses (hijama) à toutes les recherches et travaux rédigés par des scientifiques dans tous les aspects des médecines et des plantes», avant d’attribuer certains des critères à Al Koutami.

L’Ijaza atteste que le docteur Abdellah Ibn Saleh Al Koutami avait demandé ladite licence aux «autorités compétentes» de la ville de Fès.

Le diplôme certifiait qu’Al Koutami possédait l’expertise et les connaissances nécessaires pour pratiquer la médecine, la médecine vétérinaire et la pharmacie. Il le décrivait comme «un homme honnête, de bonne réputation et sans antécédents de criminalité ou de déloyauté».

Al Koutami a, en outre, été reconnu comme un «homme pieux», présent régulièrement lors des cinq prières de la journée et aux opérations de bénévolats», écrit Cherradi.

Le diplôme d’Al Koutami lui a été remis en présence de scientifiques renommés, dont l’Andalou Abul Abbas Annabati, botaniste, pharmacien et théologien, Abu Mohammed Ibn Al Baytar, qui était pharmacien andalou, botaniste, médecin et scientifique et le mathématicien Al Ichbili ibn Al Hajjaj ibn al- Yasamin.




La cérémonie a été marquée par la participation du juge de Fès Mohammed Ibn Abdullah Taher et deux témoins, Abdullah Ben Ali Cherradi et Sulaimane Ben Idriss. Sur la base du certificat d’Al Koutami, Younes Cherradi indique que son diplôme était effectivement médical.

Citant le professeur de culture médiévale George Makdisi, le médecin soutient que l’ijaza attadris «était une sorte de diplôme ou de doctorat».

La même idée a été confirmée par le professeur d’arabe Alfred Guillaume, qui a qualifié l’«Ijaza» de «précurseur de la licentia docendi, soutenant l’origine islamique du « diplôme universitaire »», a conclu la même source.

Le diplôme de médecine d’Al Koutami est également soutenu par l’histoire de l’université qui l’a délivré.

Fondée par Fatima al-Fihriya en 859, Al Quaraouiyine offrait, en plus du Coran et du Fiqh (jurisprudence islamique), des enseignements en grammaire, en rhétorique, en logique, en médecine, en mathématiques ainsi qu’en astronomie.




Le diplôme délivré à Abdellah Ibn Salah Al Koutami