(Vidéos) France: des fans de Zemmour menacent de tirer sur les porteurs de drapeaux marocains et algériens

(Vidéos) France : Des fans de Zemmour menacent de tirer sur les porteurs de drapeaux marocains et algériens




Arme à la main, deux jeunes hommes se sont filmés récemment en France en train de s’entrainer à tirer avec un fusil de précision, en menaçant ouvertement la communauté marocaine et algérienne et plusieurs personnalités politiques, dont le président de la République Emmanuel Macron.

«Face à vous, les antifas et les gauchistes (…) de la vermine. Il y a des drapeaux algériens et marocains donc on va s’empresser de tirer», déclare l’un d’eux dans une vidéo, avant qu’il ne fasse feu.

Dans ces vidéos, révélées par le groupe antifasciste Jeune Garde et rapportées par Médiapart, le jeune homme déclare «s’entrainer à chasser du Garrido sauvage», en référence à Raquel Garrido, ex-porte-parole de la France Insoumise (LFI), avant de mentionner son compagnon Alexis Corbière, député LFI.

«Deux balles, trois morts, ça ricoche sur un antifa (antifasciste ndlr) derrière» ajoute-t-il. D’après les informations dont dispose Médiapart, cet homme au visage découvert est connu sous le pseudonyme «Miles Christi».




«Miles Christi» ça veut dire «Chevaliers du Christ» en latin. Il serait un militaire ou ex-militaire identifié sur des images en service grâce au tatouage qu’il porte à l’arrière du crâne. Sur une autre vidéo, on peut voir un homme le visage flouté, déclarer : «on va éclater qui là ?

Du jeune gaucho, du jeune communiste, du jeune bougnoule mental (sic)» avant de faire feu. «Ah ! Emmanuel Macron !» dit-il ensuite avant de tirer à nouveau. L’homme porte une casquette «ben voyons», slogan utilisé par les soutiens d’Eric Zemmour en référence à son gimmick.

Selon Médiapart, l’homme affirme avoir assisté au meeting de campagne d’Eric Zemmour à Villepinte le 5 décembre dernier, avançant que le candidat est «le vrai homme providentiel».

Ouvertement soutien à la campagne de Zemmour, la bannière du profil Twitter de l’individu laisse voir, selon les journalistes, une image du candidat d’extrême droite au salon d’armement Milipol durant lequel il avait épaulé un fusil et mis en joue des journalistes.