La crise entre le Maroc et l’Espagne s’exacerbe

La crise entre le Royaume du Maroc et l’Espagne s’exacerbe




Le Royaume du Maroc accuse l’Espagne de ne pas respecter les contrôles sanitaires dans les aéroports et de représenter une «menace» pour la population marocaine. Serait-ce le début d’une nouvelle crise entre les deux pays  ?

« La situation actuelle des vols de l’Espagne vers le Royaume du Maroc représente une menace pour la santé des citoyens marocains, et pour les acquis du royaume dans la lutte contre le Covid-19 ».

C’est ce qu’a indiqué le ministère marocain de la Santé dans un communiqué publié lundi, ajoutant que « les autorités espagnoles sont loin de garantir un contrôle rigoureux de l’état de santé des passagers lors de leur embarquement dans les aéroports ».

Le ministre espagnol des Affaires étrangères, José Manuel Albares, a qualifié d’« inacceptables » ces accusations du Royaume du Maroc qui ne « reflètent pas la réalité », fait savoir El Español.




Selon les autorités espagnoles, le Royaume du Maroc a publié ce message pour annoncer en réalité qu’il a retenu le Portugal comme point de départ pour le rapatriement des Marocains bloqués en Europe après la suspension des vols décidée le 29 novembre dernier.

Le Royaume du Maroc avait déjà essayé de créer une nouvelle ligne maritime Tanger-Portimão pour contourner le port d’Algésiras dans le cadre de l’Opération Marhaba 2021, rappelle la même source.

Elle précise que cette dernière déclaration du Royaume du Maroc vient confirmer que la crise avec l’Espagne est loin de connaître son épilogue.

Le média espagnol soutient que l’attitude du Maroc vise à faire pression sur l’Espagne pour l’amener à revoir sa position sur le Sahara et à reconnaître sa souveraineté sur ce territoire, comme l’ont fait depuis décembre 2020, les États-Unis sous Donald Trump.




En attendant, le Maroc a prolongé la fermeture de son espace aérien jusqu’à la fin de l’année en raison de la propagation rapide du variant nouveau du Covid-19, Omicron.

Des vols spéciaux pour le rapatriement des Espagnols bloqués au Maroc seront organisés jusqu’au 23 décembre. Après cette date, plus aucun vol vers l’Espagne ne sera autorisé.

De fait, des milliers d’Espagnols résidant au Maroc refusent de quitter le royaume de peur de ne pas pouvoir revenir et de perdre leur emploi, les vols retour n’étant pas admis.

« Il n’y a rien de pire que l’incertitude de ne pas savoir si vous pourrez voir votre famille. Les Espagnols au Maroc méritent de savoir s’ils pourront retrouver leurs familles. Nous sommes dévastées », a écrit sur les réseaux sociaux la fille d’un expatrié bloqué au Maroc.

Quid des diplomates espagnols et des professeurs d’espagnol en poste au Maroc ?, s’interrogent d’autres internautes sur Twitter.