Le président de Melilla souhaite une reprise de la coopération avec le Maroc en 2022

Le président de la ville occupée de Melilla souhaite une reprise de la coopération avec le Royaume du Maroc en 2022




Le président de la ville occupée de Melilla, Eduardo de Castro, espère une réouverture de la frontière et une reprise des relations avec le Royaume du Maroc dès l’année prochaine. Eduardo de Castro est « optimiste » et veut que les choses reviennent « à la normale » avec le Royaume du Maroc et que les relations de bon voisinage reprennent, fait savoir COPE Melilla. « Il existe une volonté claire de coopération étroite », soutient-il, ajoutant que « la diplomatie espagnole et européenne doit continuer à promouvoir des voies communes de négociation à cet égard ». Le président de la ville autonome occupée a rappelé la « place essentielle » qu’occupe la frontière avec le Royaume du Maroc « pour des raisons familiales, fraternelles, économiques, humanitaires ou sécuritaires ».




Il a déploré « l’entrée massive de plus de 12 000 personnes à Ceuta » qui « a secoué la ville autonome, mobilisé l’Espagne et alerté l’Europe ». Cet épisode qui « laisse un souvenir douloureux et indélébile » a attiré l’attention de la communauté internationale sur la nécessité de protéger et de sécuriser les frontières de Ceuta et Melilla « par les institutions européennes ». « Nous sommes la frontière sud de l’Espagne et, par conséquent, de l’Europe. Pour les migrants, atteindre Ceuta ou Melilla signifie atteindre l’Europe. Cette réalité oblige à considérer l’immigration comme un enjeu européen », a-t-il déclaré, précisant que depuis la crise migratoire de mai, « Madrid et Bruxelles ont compris, peut-être mieux que jamais, que défendre Ceuta et Melilla, c’est défendre l’Espagne et l’Europe ».