(Vidéo) 5 760 Marocains bloqués à l’étranger ont été rapatriés au Maroc

(Vidéo) 5 760 Marocains bloqués à l’étranger ont été rapatriés au Royaume du Maroc




Depuis le lancement des opérations de rapatriement des Marocains qui se sont retrouvés bloqués à l’étranger à cause de la fermeture des frontières, dans le cadre des mesures préventives contre la propagation de la Covid-19 et de ses souches variantes, les autorités marocaines ont permis le retour de 5 760 personnes au Royaume du Maroc, entre les 15 et 22 décembre.

En moyenne, 1 000 à 1 500 personnes ont été rapatriées par jour. Présentant le bilan de cette opération, ce lundi en réponse aux requêtes de députés au Parlement, le porte-parole du gouvernement, Mustapha Baitas a indiqué que les voyageurs étaient confinés dans plusieurs villes.

En chiffres, 1 937 rapatriés ont observé leur confinement sanitaire à Agadir, 1 550 à Marrakech, 935 à Casablanca, 669 à Fès, 669 à Tanger.

Tous ont terminé leur période de quarantaine, a ajouté le porte-parole du gouvernement Mustapha Baitas, en rappelant que le processus de retour a été opéré depuis la Turquie, les Émirats arabes unis et le Portugal.

Le choix de ces pays a été fait considérant qu’ils constituent des pôles régionaux que les rapatriés peuvent rejoindre s’ils se trouvent en Europe, en Asie ou dans la région arabe, selon le ministre.




Et d’ajouter que les rapatriements se sont déroulés en coordination avec les autorités, particulièrement les ministères des Affaires étrangères, de l’Intérieur, des Transport et du Tourisme, ainsi que la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN), dans le respect d’un protocole sanitaire auquel les rapatriés se sont tenus «avec engagement».

De ce fait, «le processus obéissait à une préparation logistique stricte afin de fluidifier la mise en œuvre de l’opération», a souligné le ministre.

Concernant les tarifs de billets d’avions de retour, Baitas a souligné que «des efforts ont été consentis afin de rendre les prix des tickets à la portée des voyageurs, bien que les premiers voyages étaient faibles en nombre de voyageurs, qui représentaient entre 25 et 30% de la capacité totale» de l’avion mobilisé à cet effet.

«L’annonce ces dates de vols 48 heures à l’avance a permis également aux rapatriés de s’organiser et de faire leurs réservations», a-t-il ajouté.

«L’ensemble de l’opération ainsi que des mesures mises en place dans son cadre ont nécessité que le gouvernement alloue un budget spécifique pour réussir le processus dans les meilleures conditions», a encore déclaré le ministre.