En fermant le GME, l’Algérie a démontré qu’elle n’est pas un partenaire fiable pour l’Europe

Média italien: en fermant le gazoduc Maghreb-Europe, l’Algérie a démontré qu’elle n’est pas un partenaire fiable pour l’Europe




L’Algérie a démontré, à travers sa décision unilatérale et injustifiée de ne pas reconduire l’accord sur le gazoduc Maghreb-Europe (GME), qu’elle est un partenaire peu fiable et enclin au chantage envers l’Europe, a asséné le magazine italien de géopolitique « Limes ».

« Alger, qui avait promis (…) que l’arrêt du transit du gaz du gazoduc Maghreb-Europe n’aurait aucune répercussion sur les approvisionnements, n’a pas pu honorer ses engagements », a relevé la publication, notant que des milliards de mètres cubes de gaz devraient trouver une voie alternative.

Le magazine a mis en garde contre « une augmentation significative des coûts du gaz algérien, qui sera soumis à une opération certainement plus coûteuse que l’acheminement par canalisations sous-marines », relevant que l’Algérie se retrouve de plus en plus marginalisée, à cause de ses prises de positions.




« En proie à de multiples crises internes allant de la transition post-Bouteflika au coronavirus, en passant par les incendies de ces derniers mois, l’Algérie ne peut que recourir à de telles manipulations pour détourner l’attention sur sa crise interne et tenter de briser l’isolement international », a conclu le média.

L’annonce par l’Algérie de sa décision de ne pas reconduire l’accord sur le gazoduc Maghreb-Europe attise les inquiétudes en Europe dans le contexte de l’augmentation des prix de l’énergie et de la saison d’hiver.

Cette décision unilatérale est considérée par nombreux analystes, observateurs et hommes politiques européens comme un chantage de la part d’Alger envers l’Europe dans un contexte de tension alimenté par Alger autour de la question du Sahara marocain.