Les musulmans d’Europe craignent le passage de la France à la présidence de l’UE

Pourquoi les musulmans d’Europe craignent le passage de la France à la présidence de l’UE ?




La France s’est emparée du doute tournant sur l’Union Européenne pour les six prochains mois, une opportunité dont le président Emmanuel Macron ne profitera pas pour pousser l’Europe vers son objectif d’une plus grande « autonomie stratégique » dans le monde.

Certains à Bruxelles craignent que des élections présidentielles très disputées en avril puissent interférer avec la future présidence française de l’Union Européenne avant qu’une conférence clé sur l’Europe ne donne des résultats.

Il n’est pas rassurant que la décision de Macron, temporairement, d’arborer le drapeau bleu et or de l’Union Européenne à l’Arc de Triomphe à Paris ait déjà suscité la fureur des candidats d’extrême droite et conservateurs.

Mais de nombreux musulmans européens sont préoccupés par le passage de la France à la présidence de l’Union Européenne pour une autre raison : ils craignent que le discours politique anti-musulman de la France ne s’infiltre dangereusement dans l’élaboration des politiques de l’Union Européenne, indique The Guardian.




La campagne électorale française signifie essentiellement que c’est la saison ouverte sur les musulmans en France. De nombreux hommes politiques français ont adopté l’islamophobie rampante comme stratégie électorale.

Les débats toxiques sur l’islam et les musulmans, mélangés à des coups intersectionnels acrimonieux sur la race et la migration, deviennent venimeux.

De manière alarmante, le Muslim-bashing n’est plus l’apanage de la candidate d’extrême droite anti-immigration Marine Le Pen. Le ministre de l’Intérieur intransigeant de Macron, Gérald Darmanin, a accusé Le Pen, lors d’un récent débat télévisé, d’être « doux » envers l’islam.

L’ancien expert de la télévision Éric Zemmour a apporté un programme anti-musulman encore plus vicieux à la présidentielle, tandis que la candidate du parti gaulliste Les Républicains, Valérie Pécresse, adopte une ligne dure sur l’immigration, ayant auparavant interdit le port du burkinis à l’extérieur. centres de loisirs de la région parisienne.




Macron lui-même, qui devrait briguer une réélection, applique déjà une série de politiques anti-musulmanes, y compris un projet de loi censément destiné à empêcher le «séparatisme» et l’émergence d’une «contre-société» parmi les six millions de citoyens musulmans de France.

Le gouvernement de Macron est également critiqué pour avoir fermé le Collectif contre l’islamophobie en France, un organisme anti-discrimination de premier plan qui documente les crimes de haine anti-musulmans.

Le Réseau européen contre le racisme met en garde contre une véritable « chasse aux sorcières islamophobe » contre les musulmans français et affirme que le gouvernement utilise « d’innombrables procédures administratives » pour fermer des organisations dirigées par des musulmans, des mosquées, des écoles et même des snack-bars appartenant à des musulmans , sur des allégations non prouvées de liens avec les Frères musulmans.

Mais la crainte est maintenant que la France utilise sa présidence de l’UE pour faire pression en faveur de mesures encore plus strictes à l’échelle européenne.