Marrakech: de la prison pour les membres d’un réseau de sextorsion

Marrakech : 17 mois de prison pour un réseau de sextorsion suite à une plainte d’un Qatari




Le tribunal correctionnel de première instance de Marrakech a rendu, en fin de semaine dernière, son verdict dans le cadre d’une affaire de sextorsion, condamnant trois prévenus à un total de 17 mois de prison ferme. Cette affaire a éclaté après le dépôt, par un ressortissant qatari, d’une plainte où il s’est dit victime d’extorsion et de chantage. Selon le verdict, la cour a ainsi condamné à un an de prison ferme le principal suspect dans cette affaire. Âgé d’à peine 18 ans, il a été reconnu coupable d’«escroquerie», «extorsion en menaçant de divulguer des faits scandaleux», «prise de photos d’une personne sans son consentement», «diffamation» et «troubles au système de traitement électronique de données personnelles» entre autres.




Son complice, âgé de 21 ans et qui retirait l’argent envoyé par le citoyen qatari en échange d’une commission comprise entre 1 000 dirhams et 1 500 dirhams pour chaque transaction, a écopé de quatre mois de prison. Un troisième jeune homme impliqué dans cette affaire et habitant à Casablanca a été condamné à un mois de prison ferme, tandis que le tribunal a acquitté le frère aîné du principal suspect. Ce scandale de chantage sexuel a éclaté après que la défense du Qatari a déposé une plainte auprès de la brigade de lutte contre la cybercriminalité de la police judiciaire de Marrakech, dénonçant un chantage et des menaces sur internet. Le citoyen qatari est un ingénieur travaillant dans une société gazière qatarie.




Le citoyen qatari aurait été piégé par le principal suspect qui, en se faisant passer pour une fille, l’a filmé dans des positions compromettantes puis l’a menacé de diffuser les photos et les vidéos sur les réseaux sociaux. La victime aurait envoyé près de 140 000 dirhams avant de décider de porter plainte. Les enquêtes se sont alors concentrées sur la société de transfert d’argent, par l’intermédiaire de laquelle les suspects retiraient l’argent reçu par le ressortissant qatari. Les investigations ont permis d’arrêter un jeune homme chômeur qui est originaire de Beni Mellal. Il était chargé par le réseau de retirer les fonds. Les autorités l’ont arrêté avant d’interpeller les deux autres membres du réseau de sextorsion.