Maroc: du changement à l’examen du permis de conduire

Maroc : du changement à l’examen du permis de conduire




Le Royaume du Maroc veut révolutionner le permis de conduire. Dans ce sens, l’agence nationale de la sécurité routière (NARSA) en collaboration avec la fondation des auto-écoles travaille à l’introduction de nouveaux changements dans le processus du déroulement et de l’obtention du précieux sésame.

Les nouveaux changements concernent les phases écrite et pratique de l’examen du permis de conduire. Les épreuves pratiques seront désormais digitalisées afin de garantir une évaluation objective, transparente et équitable de l’acquisition des connaissances et des compétences par les candidats, rapporte le journal arabophone Al Akhbar. Les voitures traditionnelles laisseront place aux véhicules intelligents en interaction avec leur environnement.

Ce nouveau mécanisme assure un processus de traçabilité et de transparence. Son lancement sera effectif à l’occasion de la journée nationale de la sécurité routière en mars prochain.




S’agissant du volet théorique, les questions posées aux candidats passeront de 600 à 1 000 questions.

Pour mener à bien cette entreprise, un accord de partenariat avait été conclu avec l’Université Mohammed VI polytechnique de Benguerir (UM6P) afin de renforcer le processus des formations et de crédibiliser davantage l’obtention du permis de conduire, fait savoir Nasser Boulaâjoul, directeur général de NARSA.

Les associations des auto-écoles du Maroc jouent, elles aussi, leur partition. Abderrahim Massaoudi, président de l’association des auto-écoles dans la ville de Salé, a affirmé que « les professionnels adhéraient à cette nouvelle démarche de digitalisation des épreuves pratiques pour l’obtention des permis de conduire ».

Ce processus n’occasionnera pas de changements au niveau de la moyenne exigée pour réussir l’examen théorique, à savoir 32/40, ni d’augmentation de la tarification de l’inscription, qui est de l’ordre de 3 500 dirhams, a-t-il assuré.