Une étude marocaine alerte contre les myocardites chez les ados vaccinés avec Pfizer

Covid-19 : Une étude marocaine alerte contre les myocardites chez les adolescents vaccinés avec Pfizer




Depuis 2021, plusieurs effets secondaires ont été signalés après l’administration d’un vaccin contre le Covid-19. Si les cas de caillots sanguins après une injection AstraZeneca ont été largement médiatisés, plusieurs études scientifiques ont signalé des cas de myocardite, l’inflammation du muscle cardiaque.

La plupart des affections myocardiques ont été signalées chez des jeunes, après que le vaccin a été autorisé chez les adolescents de moins de 18 ans, bien qu’il n’y ait pas de lien de causalité prouvé. Le 31 août, le Maroc a élargi la campagne de vaccination pour les 12-17 ans, à la veille de la rentrée scolaire.

Depuis, des cas d’effets secondaires ont été signalés. Une étude marocaine, publiée en ligne le 30 décembre est revenue sur le premier cas de myocardite chez un adolescent de 14 ans, qui a reçu plutôt une dose du vaccin à ARN messager de Pfizer. Élaborée par dix chercheurs de l’Université Mohammed 1er d’Oujda, l’étude explique que l’adolescent n’a pas de antécédent pathologique.

Il a été admis aux urgences de CHU Mohammed VI pour une fatigue extrême, une céphalée et une fièvre de 40°C, résistante aux antalgiques usuels.




Le patient a été admis en réanimation. Compte tenu de son âge, des résultats de l’échocardiographie et du taux très élevé d’enzymes cardiaques, le diagnostic de myocardite était suspecté puis confirmé par IRM cardiaque.

L’étude indique que le patient a été vacciné 10 jours avant son admission. «À la lumière de cette expérience vaccinale, les rapports de la littérature, ainsi que les examens cliniques et paracliniques, le diagnostic de myocardite post-vaccinale est retenu et un traitement par corticoïdes a été instauré», poursuit l’étude.

Ses rédacteurs admettent que «la myocardite après vaccination est un événement rare, décrite dans certains vaccins comme le vaccin antivariolique». «Concernant la vaccination contre le Covid-19, plusieurs rapports ont été publiés dans ce sens, principalement après un vaccin à ARNm», confirment-ils.

«Compte tenu de la gravité de cette maladie, qui peut être mortelle dans sa forme grave, des recherches supplémentaires sur les liens de causalité entre la myocardite et la vaccination Covid-19 de type ARNm sont nécessaires, notamment au vu du grand nombre de cas rapportés», suggèrent-ils.