Maroc-Allemagne: un nouveau départ

Maroc-Allemagne : un nouveau départ sur la base de la clarté et du respect mutuel




Dans son message adressé à Sa Majesté le Roi Mohammed VI à l’occasion du Nouvel An, le Président allemand Frank-Walter Steinmeir a invité le Souverain à effectuer une visite d’État en Allemagne, afin de sceller un nouveau partenariat entre les deux pays.

Ce nouveau partenariat, qui marquera un nouveau départ des relations entre Rabat et Berlin, ouvrira de larges perspectives à des formes de coopération gagnant gagnant basée sur les principes de transparence et de respect mutuel.

À l’occasion de la nouvelle année, le Président de la République fédérale d’Allemagne, Frank-Walter Steinmeir, a adressé un message à S.M. le Roi Mohammed VI.

Un message dans lequel le Président fédéral souligne que le Maroc a entrepris de vastes réformes sous la direction de Sa Majesté le Roi et tient en haute estime les démarches innovantes du Souverain en matière de lutte contre le changement climatique et de transition énergétique.

M. Steinmeir a également tenu à souligner que grâce au développement dynamique du Royaume, celui-ci est devenu un site d’investissement important pour les entreprises allemandes en Afrique.




Et c’est dans ce contexte que le Président Steinmeir a adressé une invitation au Souverain pour effectuer une visite d’État en Allemagne afin de sceller un nouveau partenariat entre les deux pays.

Cette volonté affichée de Berlin d’établir un nouveau partenariat avec le Maroc, officiellement actée par ce message présidentiel et préalablement annoncée par la note de présentation du Maroc sur le site de l’Office allemand des Affaires étrangères, mise à jour le 13 décembre 2020, est une illustration de cette évidence à laquelle est parvenue la diplomatie allemande : tout positionnement à visée économique ou toute démarche visant la stabilisation de la région ne peut se faire en occultant le Royaume.

Le Maroc qui, sous le leadership de S.M. le Roi Mohammed VI, s’est toujours montré favorable et ouvert à tout partenariat mutuellement bénéfique qui tient compte de ses fondamentaux, en particulier la question du Sahara.

Une question sur laquelle le Souverain a été clair lorsqu’il a annoncé dans le discours de la Marche verte du 6 novembre 2021: «Nous tenons à exprimer Notre considération aux pays et aux groupements qui sont liés au Maroc par des conventions et des partenariats et pour qui nos provinces du Sud constituent une partie intégrante du territoire national.




En revanche, à ceux qui affichent des positions floues ou ambivalentes, Nous déclarons que le Maroc n’engagera avec eux aucune démarche d’ordre économique ou commercial qui exclurait le Sahara marocain».

Berlin a donc, selon beaucoup d’observateurs, bien saisi ce message, puisque l’on peut lire dans le message du Président allemand que «l’Allemagne considère le plan d’autonomie présenté en 2007 comme un effort sérieux et crédible du Maroc et comme une bonne base pour parvenir à un accord à ce différend régional».

Par ailleurs, le message du Président allemand s’arrête sur un autre point évident.

Le rôle primordial du Maroc pour la stabilité et le développement de la région, notamment la crise libyenne, mais pas seulement.

Le Maroc, rappelons-le, a également déployé des efforts considérables pour parvenir à une issue à la crise du Mali et de la région du Sahel.

Une région où, grâce au charisme de S.M. le Roi et au rayonnement historique et spirituel du Royaume, il a été possible de pousser les protagonistes au dialogue et à la recherche de compromis.




Un rôle évident que M. Steinmeir n’a pas manqué de mettre en exergue dans son message au Souverain. «Je salue la contribution majeure de Votre pays en faveur de la stabilité et du développement durable de la région», a ainsi affirmé le Président Steinmeir.

«Mon pays et moi-même Vous sommes très reconnaissants de Votre engagement actif pour le processus de paix en Libye», lit-on encore dans le message du Président allemand.

Un engagement actif dont Berlin n’avait pas bien saisi l’importance en omettant d’inviter le Maroc à la conférence sur la Libye organisée en janvier 2020, alors que c’est sur le sol marocain, précisément à Skhirate, que les protagonistes libyens avaient mené des discussions qui ont été sanctionnées par la signature d’un accord qui porte le nom de cette même ville balnéaire.

L’Allemagne affiche ainsi clairement sa volonté de mettre un terme à cet épisode de mésentente diplomatique avec le Royaume du Maroc.




Et le Royaume, qui a fait le choix de diversifier ses partenariats, ne peut qu’accueillir favorablement la démarche de Berlin, comme cela a été confirmé hier par le ministre délégué chargé des Relations avec le Parlement, porte-parole du gouvernement, Mustapha Baïtas.

Ce dernier a déclaré en effet que le gouvernement marocain avait accueilli «avec grande satisfaction» les signaux positifs contenus dans le message adressé par le Président allemand à Sa Majesté le Roi Mohammed VI à l’occasion du Nouvel An.

Le gouvernement marocain a accueilli «avec grande satisfaction» les signaux positifs contenus dans le message adressé par le Président allemand à Sa Majesté le Roi Mohammed VI à l’occasion du Nouvel An, a déclaré, jeudi, le ministre délégué chargé des Relations avec le Parlement, porte-parole du gouvernement, Mustapha Baïtas.

«Le gouvernement a accueilli avec grande satisfaction les déclarations positives et importantes exprimées par le gouvernement allemand, et la teneur du message adressé par le Président allemand à Sa Majesté le Roi Mohammed VI», a affirmé M. Baïtas lors d’un point de presse à l’issue du Conseil de gouvernement réuni jeudi sous la présidence du Chef du gouvernement, Aziz Akhannouch.