Armée de l’air: quand le Maroc concurrence l’Algérie

Armée de l’air: quand le Maroc concurrence l’Algérie




Le Royaume du Maroc a réceptionné en décembre dernier le premier lot du système chinois de défense anti-aérienne FD-2000B commandé en 2017. De quoi concurrencer l’Algérie, mentor protectrice du mouvement séparatiste indépendantiste armé Polisario, qui a coupé les ponts avec le royaume notamment en raison du différend artificiel sur le Sahara Marocain, et s’est doté d’un dispositif comparable auprès de la Russie. Premier lot sur les quatre commandés à la Chine en 2017, le système chinois de défense anti-aérienne FD-2000B est d’une capacité de 250 kilomètres. Il a été installé sur une partie de la base militaire de Sidi Yahya al-Gharb situé à 60 kilomètres de Rabat sur une superficie de 42 000 m². Selon les experts, seule une partie de cette base se prépare à devenir un centre stratégique de la défense aérienne longue et moyenne portée.




La même base accueillera des missiles à moyenne portée comme le Sky Dragon chinois qui ont en une portée de 50 kilomètres, des hélicoptères Apache de Boeing qui ont été utilisés par Washington en Afghanistan et en Irak et les missiles Patriot dont la livraison est attendue. Le Royaume du Maroc renforce ainsi son armement face à l’Algérie qui n’écarte pas la possibilité de lui déclarer la guerre, de peur de perdre l’avance qu’elle a. « L’Algérie ne veut pas la guerre avec le Royaume du Maroc, mais elle est prête à la faire », croyait savoir le journal français L’Opinion selon certains milieux proches de l’armée algérienne. « S’il faut la faire, c’est aujourd’hui, car nous sommes militairement supérieurs à tous les niveaux mais ce ne sera peut-être plus le cas dans quelques années ». C’est ce que reconnaissait une autre source militaire algérienne.