Kénitra: un gendarme condamné pour meurtre et falsification de documents officiels

Kénitra: un gendarme condamné pour meurtre et falsification de documents officiels




La Cour d’appel de Keénitra a rendu son verdict dans l’affaire du jeune homme tué durant le dernier ramadan à Moulay Bousselham. Le gendarme qui est le principal accusé, a écopé d’une peine de 15 ans de prison ferme pour meurtre et falsification de documents officiels. Le verdict est tombé en début de semaine. Outre le principal accusé, les deux autres gendarmes — le coéquipier et le responsable territorial de la brigade à laquelle appartenaient les deux gendarmes — impliqués dans cette affaire ont, eux, été condamnés à deux ans de prison ferme pour complicité dans la falsification du PV, rapporte le journal arabophone Al Akhbar. Les faits se sont déroulés pendant le ramadan dernier. Une altercation avait éclaté entre un jeune homme et un gendarme à Moulay Bousselham.




L’altercation avait éclaté au niveau d’un barrage de contrôle. Après cette altercation, la victime a été admise dans un hôpital pour y recevoir les soins nécessaires. Il n’aura pas survécu. Il est décédé après plus d’un mois d’hospitalisation. Sa mort avait provoqué un climat de contestation. La brigade judiciaire de la gendarmerie a mené une enquête sur l’affaire. Le gendarme et ses complices faisaient croire à un simple accident de la route. L’enquête a révélé les vraies raisons  : les deux gendarmes postés au niveau d’un barrage de contrôle routier étaient auteurs de coups et blessures ayant entraîné la mort. Les deux accusés avaient été placés en détention, et le procureur du roi a poursuivi leur responsable, un adjudant ayant validé le PV rédigé par les deux accusés.