Le Maroc plaide pour un nouveau partenariat gagnant-gagnant entre l’UE et l’Afrique

Le Maroc plaide pour un nouveau partenariat gagnant-gagnant entre l’Union Européenne et l’Afrique




Le ministre de l’Industrie et du commerce, Ryad Mezzour, a plaidé ce lundi pour un nouveau partenariat gagnant-gagnant entre l’Union européenne (UE) et le continent africain à l’occasion de l’ouverture de la conférence «Relations commerciales Union européenne-Afrique : vers de nouveaux partenariats» organisée par la Direction générale du Trésor rattachée à Bercy, et le Quai d’Orsay.

Cette conférence vise à mettre en valeur le partenariat européen avec l’Afrique en matière de commerce et d’investissement, à quelques semaines du sommet Union Africaine-Union Européenne les 17 et 18 février prochain à Bruxelles, voulu par le Président Emmanuel Macron dans le cadre de la présidence française du Conseil de l’Union Européenne.




«Il est nécessaire de définir ensemble un pacte commercial et industriel commun basé sur les atouts de l’Europe en tant que puissance industrielle renouvelée et innovante et l’Afrique qui offre des relais de compétitivité décarbonnée en termes de production, d’innovation et de services», a affirmé le ministre de l’Industrie marocain.

La zone de libre échange continentale illustre la volonté du continent africain à promouvoir les relations commerciales intercontinentales et à stimuler son développement industriel, souligne le ministre.

Mais, «pour réussir à décarboner, renforcer le tissu industriel, améliorer la compétitivité des entreprises africaines et créer des emplois de part et d’autres de la Méditerranée, nous devons construire un nouveau partenariat gagnant-gagnant», a-t-il estimé, ajoutant que «la coopération Nord-Sud-Sud se doit d’être plus ambitieuse.




Les pays peuvent compter sur le soutien et la mobilisation du Maroc». Il faudra maintenir et le développer des industries européennes installées en Afrique, relocaliser des chaines de valeur asiatiques dans l’espace euro-méditerranéen-Afrique tirant profit de la proximité géographique, les coûts logistiques réduits, un gain en compétitivité, ainsi que la réduction de l’empreinte environnementale.

Il faudra aussi veiller à assurer un meilleur accès au marché européen pour les produits africains, a-t-il plaidé.

Ouvrant l’évènement, le ministre délégué français au Commerce extérieur et à l’attractivité, Franck Riester a affirmé que la France place la refondation du partenariat entre l’Afrique et l’Europe au cœur de ses priorités à la tête de sa présidence de l’Union Européenne.