Le rapport annuel 2020 de l’ANRF présenté au Chef du gouvernement

Le rapport annuel 2020 de l’Autorité Nationale du Renseignement Financier présenté au Chef du gouvernement




Le Chef du gouvernement, Aziz Akhannouch a tenu mercredi à Rabat une réunion de travail par visioconférence avec le président de l’Autorité Nationale du Renseignement Financier (ANRF), Jawhar N’fissi, consacrée à la présentation du rapport annuel de ladite autorité pour l’année 2020, et ce, conformément aux dispositions de la loi 43-05 relative à la lutte contre le blanchiment de capitaux telle que modifiée et complétée. Un communiqué du Chef du gouvernement rapporte que les deux parties ont passé en revue les moyens favorisant l’amélioration de l’action et le développement des activités de ladite autorité, annonçant la tenue en février prochain d’une réunion avec les responsables des départements gouvernementaux concernés qui sera consacrée à l’examen des données relatives à cette question.

La même source fait savoir que le rapport présenté au Chef du gouvernement note une hausse des indicateurs de l’activité de l’Autorité Nationale du Renseignement Financier en 2020 sur le registre des déclarations de soupçon en augmentation de 23% par rapport à 2019, ajoutant que le rapport fait en revanche état d’une constance en 2020 sur le plan de l’échange des informations entre ladite autorité et ses homologues étrangères actives dans la lutte contre le blanchiment de l’argent et le financement du terrorisme.




Le communiqué relève, par ailleurs, que malgré les contraintes posées par l’épidémie du Covid-19, l’Autorité Nationale du Renseignement Financier a continué, en coordination avec les autorités concernées, son action en faveur du renforcement du respect technique du système national de lutte contre le blanchiment de l’argent et du financement du terrorisme et son efficience en vue de boucler dans les délais prévus le processus de suivi renforcé du Groupe d’Action Financière du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord (GAFIMOAN) et du Groupe d’Action Financière (GAFI).

Selon toujours la même source, l’année 2020 a été marquée par l’élaboration de l’amendement législatif relatif à la loi 12-18 qui modifie et complète le code pénal et la loi 43-05 relative à la lutte contre le blanchiment de l’argent qui a renforcé les mesures préventives et répressives, outre la révision du cadre juridique et institutionnel de l’Autorité Nationale du Renseignement Financier, le renforcement du cadre de supervision des affaires et métiers non financiers, l’institutionnalisation du registre public des bénéficiaires effectifs parmi les personnes morales ou encore l’adoption d’un cadre juridique et institutionnel pour l’application des sanctions financières ciblées issues du Conseil de sécurité des Nations-Unies.




Sur le plan de l’efficience, le communiqué souligne que l’année 2020 a été marquée par l’élaboration d’un rapport sur la période postérieure à l’observation destiné au groupe de révision de la coopération internationale relevant du Groupe d’Action Financière ainsi que la prise de nombreuses décisions et l’édition de notes d’orientation et de guides, outre l’accompagnement dans l’élaboration des textes des autorités de supervision et de contrôle des secteurs financier et non financier, et ce, en vue d’améliorer le niveau de respect des normes internationales, une meilleure compréhension des arrêts juridiques et leur application.

Par ailleurs, l’Autorité Nationale du Renseignement Financier, en coordination avec les autorités chargées de la supervision et du contrôle des secteurs financiers et non financiers, a continué en 2020 son action en faveur de la généralisation des résultats et conclusions du rapport d’évaluation nationale des risques, fait savoir le communiqué qui évoque aussi l’adoption en juin 2020 d’une stratégie nationale d’action dédiée à la prévention des risques définis et maîtrisés sur les plans national et sectoriel.