Maroc: pressions sur le ministre de la Santé pour ouvrir les frontières

Maroc: pressions sur le ministre de la Santé pour ouvrir les frontières




À quelques jours de la date d’expiration de la fermeture des frontières, le flou persiste au sujet de la prolongation ou non de cette mesure. Les regards sont tournés vers le ministre de la Santé qui, visiblement, y est opposé.

La réouverture des frontières pourrait se résumer à une guerre de position, fait savoir le journal arabophone Al Ahdath Al Maghribia, rapportant les avis des experts de la commission interministérielle de coordination et de suivi du dispositif régissant les voyages internationaux pendant la pandémie du Covid-19 et celui du ministre Khalid Ait Taleb.

Selon le journal, cette commission devrait bientôt rendre un avis favorable à la réouverture des frontières après le 31 janvier. Le Royaume aura dépassé d’ici là le pic des contaminations. Rien, donc, ne justifie le maintien de la fermeture des frontières, soutiennent plusieurs experts, membres du comité de suivi.

Aussi, le variant Omicron, principale menace ayant motivé la fermeture, est devenu dominant dans les contaminations enregistrées au Maroc, ajoutent-ils.

Des arguments balayés d’un revers de la main par le ministre de la Santé qui a déclaré que « la situation épidémiologique actuelle au Maroc et dans le monde ne permet pas pour l’instant de songer à la réouverture des frontières, compte tenu de l’augmentation des cas contaminés au variant Omicron ».

Seul contre tous, Khalid Aït Taleb parviendra-t-il à imposer sa vision hostile à la réouverture des frontières au grand dam des scientifiques ?