Le Maroc compte construire une vingtaine de stations de dessalement d’eau de mer

Le Royaume du Maroc compte construire une vingtaine de stations de dessalement d’eau de mer




Face à la demande croissante en eau et à sa rareté dans certaines régions, le Royaume du Maroc a eu recours au dessalement de l’eau de mer.

Plusieurs projets ont été initiés à cet effet afin de sécuriser les besoins en eau potable et en irrigation.

Le Royaume du Maroc dispose aujourd’hui de grandes capacités pour développer les projets des plus marquants en matière de dessalement d’eau de mer, a indiqué le ministre de l’Équipement et de l’Eau, Nizar Baraka, dans une interview accordée à la MAP, précisant que les nombreux investissements dans les énergies renouvelables, aussi bien solaire qu’éolienne, garantissent le dessalement de l’eau à moindre coût.

Parmi ces projets, le ministre a annoncé le lancement d’importantes stations dans les régions du Sud (Laâyoune et Sidi Ifni), soulignant que la nouvelle expérience dans le cadre d’un partenariat public-privé dans la région de Chtouka Aït Baha est de nature à garantir l’approvisionnement en eau potable d’Agadir et d’appuyer le secteur agricole à travers l’irrigation de plusieurs hectares de terrains agricoles.

En plus de la mise en œuvre de ces installations, Nizar Baraka a cité le lancement du projet de Dakhla à travers l’exploitation de l’énergie éolienne pour le dessalement de l’eau, ce qui permettra d’assurer l’approvisionnement en eau potable et l’irrigation de grandes superficies agricoles sans avoir recours à la nappe phréatique.

À terme, un total de 20 stations de dessalement de l’eau seront installées à travers le Royaume du Maroc, a souligné le ministre de l’Équipement et de l’Eau, précisant que l’ensemble des villes touristiques s’orientent vers ce procédé.