Maroc: le français Alstom à une concurrence féroce pour les lignes TGV

Maroc: le français Alstom à une concurrence féroce pour les lignes TGV




Le français Alstom aura face à lui des industriels, notamment chinois, lors des prochains appels d’offres que lancera le Royaume du Maroc pour ces deux nouvelles lignes ferroviaires à grande vitesse.

Le Royaume du Maroc compte relier Marrakech à Agadir — en vue de rapprocher les provinces du Sud — et prolonger jusqu’à Marrakech l’actuelle LGV Tanger-Kénitra-Casablanca.

Le coût global de ce méga-projet s’élève à environ 100 milliards de dirhams, soit environ 10 milliards d’euros.

Pour réaliser ce projet, le Royaume du Maroc mise sur « un partenariat public et privé ». Les prochains appels d’offre seront bientôt lancés.

L’industriel français Alstom devra faire face à une rude concurrence.




L’allemand Siemens, l’espagnol CAF, le coréen Hyundai, ou encore le géant chinois CRRC pourrait soumissionner.

En Chine par exemple, Siemens a remporté un gros contrat en acceptant d’importants transferts de technologies qu’Alstom a refusés, fait savoir BFMTV.

L’industriel français doit donc faire un gros effort sur le prix pour gagner le marché. Dans ce sens, il pourrait « proposer son nouveau TGVM qui présente un coût d’acquisition 20 % inférieur et — 30 % pour les coûts de maintenance ».

Les relations étroites entre la France au Maroc pourraient être d’une grande aide pour Alstom.

« Surtout si de massifs prêts sont à nouveau consentis pour mener à bien ces nouveaux projets ».

Paris avait financé le train reliant Tanger à Casablanca qui a été inauguré en novembre 2018.