Près de 70% des entreprises marocaines n’ont pas de site web

Près de 70% des entreprises marocaines n’ont pas de site web




Près de 7 entreprises sur 10 n’ont pas créé une page web en 2019, révèle le Haut-Commissariat au plan (HCP) qui vient de publier une note sur la situation de l’intégration des Technologies de l’information et de la communication (TIC) au niveau des entreprises.

« La part des entreprises qui disposaient de leur propre site web n’a pas dépassé 31% en 2019, contre 49% en Turquie, 70% en France et 89% en Allemagne », indique le HCP dans cette note. Ce retard de numérisation était encore plus important au niveau des entreprises de taille moyenne ou petite qui constituent 93% de l’ensemble des entreprises au Maroc, ajoute la même source,.

Ceci en précisant que plus de 3 très petites, petites et moyennes entreprises (TPME) sur 5 ne disposaient ni d’un site web ni d’une page sur les réseaux sociaux. Ladite note fait également ressortir que l’usage du site web pour le développement commercial des entreprises a été également limité.

En effet, 4 entreprises sur 7 parmi les entreprises qui disposaient d’une page web n’ont pas effectué des commandes ou des paiements en ligne à partir de leur page web. Elles étaient également moins nombreuses à produire un contenu descriptif dans leur site web, spécifique à leurs clients réguliers, ou à leurs besoins en emplois.




La confection du site web se limitait principalement à la description de leur activité, notamment au niveau de l’industrie où 78% des entreprises l’utilisaient pour décrire leurs biens et services commercialisés ou pour lister les prix.

En outre, le HCP souligne que 6 entreprises sur 7 n’ont pas effectué de recrutements en matière TIC à la veille de la crise Covid-19. « Les entreprises se sont faiblement dotées de spécialistes en TIC à la veille de la crise Covid-19. Durant la période 2016-2018, 86% des entreprises n’ont pas recruté des spécialistes en TIC », note-t-il.

Pour les 14% des entreprises qui ont déclaré des difficultés de recrutement, les exigences de salaires élevés, l’instabilité de ces profils dans le poste et le manque de certaines qualifications ont été les principales contraintes à l’embauche en matière de TIC.

Elles étaient ainsi peu nombreuses à compter sur leurs propres employés pour développer, adapter ou prendre en charge des solutions informatiques face aux répercussions de la crise covid-19. Parallèlement, le HCP soulève une intégration « très » hétérogène des TIC au niveau sectoriel.




« Afin de déterminer les avancées en termes d’intégration des TIC au niveau sectoriel, nous avons retenu les réponses des entreprises qui correspondaient à 8 variables: utilisation des logiciels de gestion financière ou de comptabilité, des logiciels de gestion des relations avec la clientèle (GRC), des logiciels de la bureautique, hébergement de la base de données de l’entreprise, stockage des fichiers à travers des services informatiques externes, création de la page web, utilisation de la page web dans le marketing et la publicité et recrutements en matière TIC ».

Les informations apportées par ces variables ont été résumées à travers la technique d’analyse en composantes principales et classées par référence à la moyenne pour 8 branches d’activité à savoir, l’agroalimentaire, le textile et cuir, les industries chimiques, les industries mécaniques et métalliques, les industries électriques et électroniques, la construction, le commerce et les services non financiers.

Les résultats de la classification montrent que seules 3 branches d’activités dépassaient la moyenne en 2019 en termes d’utilisation des nouvelles technologies.

La performance des entreprises des industries électriques et électroniques a été évidente, avec un indice en hausse de 27 points par rapport la moyenne nationale (normalisée hors services financiers à 100).




Les industries chimiques et agroalimentaires dépassaient la moyenne de 2,7 et 1,5 points respectivement. En revanche, les autres branches, dominées par des entreprises de taille moyenne ou petite, accusaient un retard important d’utilisation des TIC, notamment au niveau de la construction en dessous de plus de 7 points par rapport à la moyenne.

Cette note présente la situation de l’intégration des TIC au niveau des entreprises à partir des résultats de deux enquêtes réalisées par le HCP.

La première enquête, menée en 2019 auprès de 2101 entreprises qui exercent dans l’industrie, la construction, le commerce et les services marchands non financiers, visait principalement à appréhender les activités des entreprises, dans leur diversité, et le contexte économique et social dans lequel elles opèrent et à accueillir leurs perceptions sur l’utilisation des nouvelles technologies.

La deuxième enquête a été réalisée en décembre 2020 auprès de 3.600 entreprises, afin d’évaluer les effets de la crise sanitaire du covid-19 sur leurs activités et d’accueillir leurs appréciations sur les perspectives d’évolution de l’activité, de l’emploi et de l’investissement en 2021.