La question de la sécurité sanitaire doit rester au centre des priorités du Continent africain

La question de la sécurité sanitaire doit rester au centre des priorités du Continent africain (Nasser Bourita)




La question de la sécurité sanitaire doit rester au centre des priorités du Continent africain, a affirmé, à Addis-Abeba, le ministre des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger, M. Nasser Bourita.

«Notre Continent a besoin, plus que jamais, d’une forte Agence de Santé spécialisée, dotée d’une structure claire et cohérente et disposant de tous les moyens lui permettant d’agir immédiatement aux urgences sanitaires menaçant notre Continent», a souligné M. Bourita qui intervenait sur le Rapport intérimaire relatif à la mise en œuvre opérationnelle du CDC-Afrique lors de la 40è session ordinaire du Conseil exécutif de l’Union Africaine.

Le ministre, qui a salué l’engagement intense et permanent du CDC Afrique et le professionnalisme dont il a fait preuve depuis l’annonce du premier cas de covid-19 dans le continent africain, en février 2020, a réaffirmé que le Maroc est conscient des défis programmatiques, administratifs et de gouvernance auxquels est confronté le CDC Afrique.




Le Maroc est conscient également de l’urgence que revêt l’opérationnalisation du CDC-Afrique, a soutenu M. Bourita, notant que le CDC Afrique ne doit pas être centralisé, du fait que les défis sanitaires changent d’une région à l’autre.

Le ministre a précisé, dans ce contexte, que la pandémie de la Covid-19 «nous a rappelé combien il est important de renforcer nos systèmes de santé et construire une vision commune pour l’Afrique basée sur des solutions concrètes et raisonnables afin de parvenir à la paix et surmonter les défis socio-économiques générés par la pandémie ».

Le CDC Afrique doit préserver son rôle technique afin de réaffirmer sa notoriété et sa neutralité et devenir un leader au niveau continental et un acteur privilégié dans la lutte contre les menaces de maladies en Afrique, a insisté le ministre.

Cette délégation soutient la proposition du Groupe de travail de haut niveau sur la mise en œuvre opérationnelle du CDC-Afrique de transformer l’actuel Fonds de riposte à la Covid-19 de l’UA en un véritable Fonds pour les épidémies en Afrique.




Cette délégation soutient aussi les recommandations formulées par la Commission appelant à réévaluer le poste du responsable du CDC et mettre en œuvre immédiatement les mesures administratives rendant le CDC Afrique opérationnel, en tenant compte des défis structurels et de gouvernance grâce aux amendements de son Statut, a relevé le ministre.

M. Bourita a rappelé à cette occasion que Sa Majesté le Roi Mohammed VI a présidé, la semaine dernière, la cérémonie de lancement des travaux de réalisation d’une usine de fabrication de vaccins anti Covid-19 et autres vaccins, un projet structurant qui, à terme, contribuera à assurer la souveraineté vaccinale du Maroc et du Continent africain dans son ensemble.

Le Conseil exécutif de l’Union africaine a poursuivi, jeudi, les travaux de sa 40è session ordinaire, au siège de l’organisation panafricaine à Addis-Abeba, avec la participation du Maroc.

Le ministre des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger conduit la délégation marocaine à cette session marquée par l’élection du Royaume au Conseil de Paix et de Sécurité de l’UA pour un mandat de trois ans.