Élection du Maroc au CPS de l’UA: une reconnaissance de l’engagement du Royaume en faveur de la paix

L’élection du Maroc au Conseil de Paix et de Sécurité de l’Union Africaine, une reconnaissance de l’engagement “concret et solidaire” du Royaume en faveur de la paix (géopolitologue rwandais)




L’élection du Royaume du Maroc pour un second mandat de trois ans, après celui de 2018-2020, en tant que membre du Conseil de Paix et de Sécurité (CPS) de l’Union Africaine est une reconnaissance de l’engagement “concret et solidaire” du Royaume en faveur de la paix, de la sécurité et de la stabilité en Afrique, a affirmé le géopolitologue et universitaire rwandais, Dr Ismael Buchanan.

“L’élection du Royaume par plus des deux tiers des pays votants reflète aussi la confiance et la crédibilité dont jouit le Maroc au sein de l’organisation panafricaine”, a souligné M. Buchanan dans une déclaration à la MAP.

Après les contributions remarquables et constructives du Maroc pour l’amélioration des méthodes de travail et de l’efficience du conseil au cours du mandat de 2018-2020, la majorité des pays membres de l’Union Africaine s’appuient désormais sur le Royaume pour promouvoir le rôle du CPS et ses missions, a relevé ce professeur des sciences politiques à l’Université du Rwanda (UR).




“De grands enjeux se jouent au sein de cet organe qui, pendant deux décennies, était malheureusement placé sous le règne de certains pays, particulièrement l’Algérie qui a confisqué ce conseil depuis la création de l’Union en 2002, jusqu’à l’élection du Nigérian Bankole Adeoye, en tant que commissaire aux Affaires politiques, à la Paix et à la Sécurité”, a fait observer M. Buchanan, par ailleurs consultant en relations internationales.

Selon lui, le Royaume du Maroc sera “sans doute” un acteur décisif pour contribuer de façon directe et effective aux activités de ce département panafricain en mettant à disposition son expérience reconnue à l’échelle mondiale en matière de consolidation de la paix et de lutte contre le terrorisme et l’extrémisme violent.

Et d’ajouter que l’élection du Maroc pour un second mandat de trois ans constitue à la fois une reconnaissance du leadership de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, et une consécration du rôle du Royaume du Maroc en tant qu’acteur régional clé, ainsi que son approche pragmatique et solidaire, en faveur de la paix et de la sécurité en Afrique.




L’élection du Royaume a été parmi les moments forts de la 40e session ordinaire du Conseil exécutif de l’UA tenue du 2 au 3 février au siège de l’organisation panafricaine à Addis-Abeba avec la participation du ministre des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger, Nasser Bourita, qui conduit la délégation marocaine à cette session en prélude au 35e Sommet de l’Union prévu ces samedi et dimanche.

Ce second mandat du Royaume au sein de cet organe décisionnel permanent de l’Union africaine pour la prévention, la gestion et le règlement des conflits intervient quelques mois après l’installation du nouveau leadership à la tête du CPS ou le désormais Département des Affaires politiques, Paix et Sécurité de l’Union africaine qui marquera certainement “une rupture avec les pratiques et manœuvres du passé”.

La présidence par le Royaume du Conseil de Paix et de Sécurité de l’Union africaine pour le mois de Septembre de l’année 2019 lors de son premier mandat, a été riche en actions en matière de paix, de sécurité, de développement et de lutte contre le changement climatique.