Fourniture de gaz au Maroc par l’Espagne: un coup dur pour l’Algérie

Fourniture de gaz au Maroc par l’Espagne: un coup dur pour l’Algérie




La décision de l’Espagne de fournir du gaz au Royaume du Maroc pourrait pousser celui-ci à retirer l’Algérie de sa liste de fournisseurs dans un avenir proche.

Cette décision porte également un coup double à Alger qui espérait isoler Rabat et l’empêcher de tirer profit du gaz qui transite par le gazoduc Maghreb-Europe en ne renouvelant pas le contrat venu à expiration le 31 octobre 2021.

Jeudi, le ministre espagnol de la Transition écologique a confirmé que le Maroc avait demandé de l’aide à son pays pour importer du gaz qu’il achètera sur les marchés internationaux sous forme liquéfiée et que l’Espagne « avait répondu positivement » à cette demande.

« Le Maroc pourra acheter du gaz naturel liquéfié (GNL) sur les marchés internationaux, le décharger dans une usine de regazéification en Espagne et utiliser le gazoduc Maghreb-Europe pour l’acheminer sur son territoire », a-t-il précisé dans un communiqué, sans fournir de plus amples informations.




Dans un entretien à Bloomberg, Leila Benali, ministre marocaine de la Transition énergétique et du développement durable, avait déclaré que le Maroc avait invité, début janvier, un groupe restreint de négociants en gaz naturel liquéfié à soumissionner pour des contrats.

Aussi, a-t-elle précisé que le royaume prévoit de signer des accords d’au moins cinq ans avec ces négociants pour garantir l’approvisionnement en gaz naturel liquéfié dès que le Maroc disposera de sa première unité de regazéification qui sera installée dans le port de Mohammedia.

« La décision espagnole porte un double coup à l’Algérie, qui espérait isoler le Maroc et empêcher le royaume de récolter les bénéfices du gaz qui transite par le gazoduc Maghreb-Europe », ont déclaré à The Arab Weekly des observateurs marocains.

Selon eux, cette décision est un échec pour Alger qui voulait mettre à mal les relations entre Madrid et Rabat.




Cela pourrait également pousser le Maroc à retirer l’Algérie de sa liste de fournisseurs de gaz dans un avenir proche.

« Ce qui déroute le plus l’Algérie, c’est que la décision espagnole est soutenue par l’Europe et que toute objection algérienne à celle-ci pourrait nuire à la confiance de l’Europe en Alger en tant que fournisseur de gaz », ont ajouté les observateurs.

La décision espagnole « est une victoire pour la diplomatie économique du Maroc », a déclaré Nabil al-Andalusi, chercheur en relations internationales.

Selon lui, le royaume défend ses intérêts à un moment où l’Algérie tente de menacer sa sécurité énergétique du royaume.

« La décision espagnole est un coup douloureux porté au régime algérien et constituera un grand embarras pour l’Algérie diplomatiquement et économiquement », a ajouté l’universitaire.