France: Faudel présente ses excuses pour avoir soutenu Nicolas Sarkozy

France: Faudel présente ses excuses pour avoir soutenu Nicolas Sarkozy




Le numéro de Complément d’enquête du jeudi 3 février, diffusé sur France 2, a été consacré au chanteur naturalisé marocain Faudel Belloua.

Le petit prince du raï a raconté le cauchemar qu’a été sa vie après sa décision de soutenir publiquement la candidature de Nicolas Sarkozy. Avant 2007, Faudel était un chanteur à succès.

Mais soutenir Nicolas Sarkozy lui a valu une descente aux enfers : menaces de mort, agression de son fils, insultes racistes et dépression.

Le chanteur confie que les menaces étaient telles qu’il a « dû quitter la France ». À 44 ans, le chanteur reconnaît avoir beaucoup de regrets et évoque le long chemin parcouru avant de se reconstruire, rapporte Gala.

« J’ai été très mal, j’ai eu des menaces, des lettres anonymes, j’ai tout perdu, a-t-il expliqué. J’ai mon fils qui s’est fait plusieurs fois agressé à cause de ça ». Pour « survivre » et « sortir la tête de l’eau », comme il l’affirme, il a dû quitter la France.




« J’avais qu’une seule solution c’était de quitter la France, je suis parti avec mon petit sac et je suis parti au Maroc », a-t-il fait savoir.

Au Maroc, Faudel a traversé la solitude et la dépression. Aujourd’hui avec le recul, il a compris qu’il n’aurait pas dû appeler à voter pour Nicolas Sarkozy, même si à l’époque, il avait cru aux promesses du candidat de droite sur les quartiers.

« Moi, je trouve ça outrancier ce qu’il a dit, a-t-il déclaré. On m’a dit pourquoi tu l’as soutenu ? et je me suis dit mais merde qu’est-ce que j’ai fait  ?

Je comprends que ça puisse offenser qu’on m’ait vu avec cette personne. Aujourd’hui, je m’en excuse. Il ne fallait pas que je sois là parce que ce n’était pas ma place ». A

ujourd’hui, Faudel confie n’avoir plus de griefs contre Sarkozy, mais il n’oublie pas les difficultés, l’abandon, la solitude. Il vit avec ses regrets et tente de se reconstruire.