Transport: pas de réouverture pour le transport maritime de passagers

Transport : Pas de réouverture pour le transport maritime de passagers




Claire, nette et sans ambiguïté la dernière note du transport maritime de passagers, publiée hier, vendredi 4 février et adressée par le ministère de l’Équipement, du Transport et de la Logistique et de l’Eau à divers institutions concernées par cette activité, repousse aux calendes grecques la reprise du transport maritime de passagers que d’aucuns espéraient pour ce lundi 7 février 2022.

Les administrations concernées ont pour noms, Logistique à l’Autorité portuaire de Tanger Med (TMPA), l’Agence National des Ports (ANP), la Société de Gestion du Port de Tanger Ville (SGPTV), la Compagnie de transport maritime de passagers, l’Association professionnelle des agents maritimes, consignataires de navires et courtiers d’affrètement du Maroc (APRAM) et l’Association Professionnelle des Agences et Compagnies Maritime (APACOM).

Pourtant tout laissait penser à une reprise de ce trafic fermé voilà plus de deux mois, d’autant plus que les frontières aériennes vont reprendre du service en cette date du 7 février.




La note concernant le transport maritime de passagers qui fait suite à celle du 31 janvier dernier est plus explicite et occulte le transport professionnel de marchandises et de messagerie (véhicules utilitaires, camions, ensembles routiers, fourgons et fourgonnettes…).

Sa devancière qui indiquait, « dans le cadre du dispositif sanitaire mis en place par le Royaume pour renforcer la lutte contre la propagation du Covid-19, la décision de suspendre le transport de passagers par voie maritime depuis et vers tous les ports marocains est prolongée jusqu’au 6 février 2022 à 23h59 » et quoique n’ayant pas donnée de précisions quant à une éventuelle ouverture après cette date prêtait toutefois à croire en cela au regard de la décision la réouverture de l’espace marocain.

Pour ce qui est de l’ouverture des frontières il est comme qui dirait que l’Exécutif se plait à souffler le chaud et le froid.

À titre de rappel, le transport maritime passagers avant sa suspension n’assurait que les liaisons vers ou au départ du Maroc à partir de Sète et Marseille en France et de Gênes en Italie à destination de Tanger et Nador.




Pas de liaisons par contre avec les ports espagnols restées fermées depuis le début de la pandémie. Dans le monde du transport et particulièrement l’écosystème du trafic maritime passagers c’est la déception.

Pour les alarmistes c’est une fois de plus le tourisme qui est visée par cette directive, émise par la tutelle du transport. L’ouverture des frontières entre le Maroc et l’Espagne était attendue avec beaucoup d’impatience et on y voyait même et avec conviction, les ferries reprendre des liaisons entre les deux rives ferries, suspendues plus de deux saisons déjà.

L’espoir était grand de voir à travers la réouverture que d’aucuns avaient jugé plausible concerner également l’Espagne. C’est donc un adieu à la Perette certes momentané mais si pesant pour tous les écosystèmes gravitant autour du transport maritime passager et particulièrement le tourisme.

On peut donc reporter les espoirs de mobilité à un éventuel retour à la normale au meilleur des cas, dès l’été prochain avec l’opération Marhaba pour peu que les gosses à Dame Covid et une volonté politique des deux côtés de la rive puissent nous le permettre.