La région du Sahara marocain «connaît un essor économique inédit»

La région du Sahara marocain «connaît un essor économique inédit» (magazine international)




La région du Sahara marocain « connaît un essor économique inédit, que conforte un élan diplomatique international en faveur de la souveraineté marocaine sur la région et de l’Initiative d’Autonomie comme seule solution politique au différend régional sur le Sahara », écrit le magazine «L’Essentiel des Relations Internationales» dans un dossier spécial à l’occasion du 35ème Sommet ordinaire de l’Union africaine tenu samedi et dimanche à Addis-Abeba.

Sous le titre «Sahara : Une dynamique régionale et internationale pour régler définitivement un différend régional de longue date », le magazine écrit que « la région du Sahara connaît un essor économique inédit, que conforte un élan diplomatique international en faveur de la souveraineté marocaine sur la région et de l’Initiative d’Autonomie comme seule solution politique au différend régional sur le Sahara ».

«La Proclamation américaine du 10 décembre 2020 et l’ouverture de 23 Consulats Généraux, représentant tous les Continents, dans la région matérialisent cette dynamique régionale et internationale de fond », souligne la publication dans ce numéro distribué en marge du Sommet de l’UA.




Il a noté que «cet élan renforce le processus politique mené sous l’égide exclusive de l’ONU pour parvenir à une solution définitive à ce différend, qui permettra la stabilité de la région et de son espace environnant».

Le magazine a mis en avant la «dynamique au service d’un développement durable et inclusif » au Sahara marocain, relevant que la région a connu ces dernières années « un développement soutenu, concrétisé le 6 novembre 2015 par le lancement d’un nouveau modèle de développement, s’appuyant sur une enveloppe budgétaire globale de 85 milliards de dirhams, soit environ 9 milliards de dollars ».

La publication a également mis en exergue le fort potentiel qu’offre la région du Sahara marocain sur le plan économique (industrie, pêche, agriculture, énergies renouvelables ou tourisme), soulignant que les réformes engagées dans la région ont pour objectif de dynamiser le tissu économique local en vue de créer de la croissance inclusive et un développement durable bénéfique aux populations locales.

La région du Sahara marocain «aux opportunités d’investissements et de commerce multiples, constitue un véritable pôle socioéconomique de dimensions régionale, continentale et internationale », écrit le magazine.




Le magazine focalise sur plusieurs projets structurants multisectoriels qui ont été lancés dans la région à l’image du mégaprojet du port de Dakhla Atlantique, de la voie express Tiznit-Laâyoune-Dakhla, du projet West Africa Free Zone, et des projets de dessalement d’eau de mer, notamment à Dakhla.

Dotée de deux cités des métiers et des compétences et d’une technopole, la région du Sahara marocain « offre un capital humain qualifié à même d’accompagner l’essor industriel et la mise en place d’écosystèmes innovants aux standards internationaux », note la publication.

Sur le plan énergétique, plusieurs projets ont été initiés afin de développer les énergies renouvelables dans la région à fort potentiels solaire et éolien, notamment l’installation de parcs de production d’énergie éolienne à Tarfaya, Foum El Oued, Akhfenir I et II, et la mise en service des centrales solaires Noor Laâyoune I et Noor Boujdour I, destinées à consacrer la place du Maroc en tant que hub régional et continental d’énergies propres, relève le magazine.




Cette impulsion globale a permis au Sahara marocain «de se positionner comme une destination de choix pour de nombreux opérateurs économiques étrangers », souligne la publication.

Le magazine revient, d’autre part, sur la reconnaissance de la marocanité du Sahara par les Etats-Unis en rappelant que Washington a adopté « une nouvelle carte du Maroc incluant le Sahara, utilisée par l’ensemble des administrations américaines ».

« La Mission permanente des États-Unis auprès de l’ONU a également diffusé auprès des membres du Conseil de sécurité et des 193 États membres des Nations unies la proclamation présidentielle portant reconnaissance de la marocanité du Sahara, dans les six langues officielles de l’ONU », ajoute la publication.

Sur le plan économique, le magazine souligne que Washington s’est engagé dans le développement économique et social de la région en encourageant les investissements américains et en finançant un certain nombre de projets au profit de la population locale.