Le téléphone d’Arnaud Montebourg espionné, le Maroc encore pointé du doigt

Le téléphone d’Arnaud Montebourg espionné, le Maroc encore pointé du doigt




Le téléphone portable d’Arnaud Montebourg, ancien ministre de François Hollande, a été infecté par Pegasus en 2019.

Déjà accusé d’avoir utilisé ce logiciel israélien pour espionner notamment des journalistes, des patrons de presse, des militants des droits de l’Homme français suite à une enquête de Forbidden Stories et de ses partenaires, le Royaume du Maroc est une nouvelle fois pointé du doigt.

Arnaud Montebourg s’ajoute à la liste des victimes françaises du logiciel espion Pegasus fabriqué par la société israélienne NSO.

Selon les publications du Projet Pegasus coordonnées par Forbidden Stories, et dont les rédactions partenaires sont France info et seize autres médias, des analyses récentes menées sur le téléphone de celui qui s’est récemment retiré de la course à l’élection présidentielle 2022 ont montré qu’il avait lui aussi été espionné en septembre 2019.

Les marqueurs d’attaques seraient identiques à ceux des autres journalistes, avocats et hommes politiques français espionnés, liés au Maroc.




Ce dernier a toujours nié les accusations d’espionnage.

Le royaume avait d’ailleurs porté plainte pour diffamation contre notamment Forbidden Stories, Le Monde, Radio France, Mediapart et Amnesty International, L’Humanité qui l’ont accusé d’avoir utilisé le logiciel israélien Pegasus à des fins d’espionnage.

L’ancien ministre socialiste avait entre-temps rencontré de nombreux dysfonctionnements – notamment des appels interrompus – avec son téléphone et avait déposé plainte contre X en décembre dernier.

Les analyses réalisées dans le cadre judiciaire ont confirmé une infection par Pegasus, fait savoir Le Monde.

Le souhait d’Arnaud Montebourg, c’est de « connaître les commanditaires » de cette « intrusion extrêmement grave » et « de cet espionnage industriel de haute portée technologique ».