L’Algérie veut aussi son gazoduc avec le Nigeria

L’Algérie veut aussi son gazoduc avec le Nigeria




L’Algérie et le Nigeria ont échangé mardi au sujet de la construction d’un gazoduc reliant les deux pays via le Niger au continent européen.

Une manière pour l’Algérie de concurrencer le gazoduc Maroc-Nigeria. Le ministre algérien de l’Énergie et des mines, Mohamed Arkab, et le ministre d’État nigérian aux Ressources pétrolières, Timbrie Silva, ont échangé autour du projet de construction d’un gazoduc Algérie-Niger-Nigeria lors d’une récente rencontre, a indiqué le ministère algérien de l’Énergie dans un communiqué.

« Au cours de l’échange, les deux ministres ont discuté des relations de coopération et de partenariat entre les deux pays dans les domaines de l’énergie et des perspectives pour les renforcer », précise le communiqué.

Le ministre nigérian de l’Énergie avait annoncé en septembre dernier que le Nigeria s’apprêtait à lancer la construction d’un gazoduc destiné à transporter du gaz vers l’Europe via l’Algérie.




Les études techniques du projet sont bouclées et il ne reste que l’étude de faisabilité pour démarrer les travaux, a assuré Tawfik Hakkar, le PDG de la société algérienne pour les hydrocarbures, Sonatrach.

Les deux pays ont entamé les pourparlers sur le projet dans un contexte marqué par une crise mondiale du gaz provoquée par l’escalade des tensions entre la Russie et l’Occident au sujet de l’Ukraine.

L’Algérie est actuellement incapable de suppléer la Russie si cette dernière arrêtait d’approvisionner l’Europe en gaz en raison de la crise ukrainienne, soutient un ancien PDG de Sonatrach à l’Agence Anadolu (AA). En 2021, l’Algérie a produit environ 130 milliards de mètres cubes de gaz, selon les données officielles.

Actuellement, elle fournit du gaz à l’Europe via deux gazoducs qui la relient à l’Italie et à l’Espagne, le troisième gazoduc, le gazoduc Maghreb-Europe (GME) traversant le Royaume du Maroc, ayant été fermé depuis fin novembre.