Pass vaccinal: vers une crise entre gouvernement, syndicats et population ?

Pass vaccinal: vers une crise entre gouvernement, syndicats et population ?




Même si les restrictions sont presque enlevées, il en reste d’autres à venir et qui risquent de causer bien des problèmes entre autorités et les populations.

Sans le dire, le gouvernement avance sa stratégie et veut passer à l’offensive pour le pass vaccinal. Pour l’heure, certaines organisations professionnelles demandent des éclaircissements.

Le porte-parole du gouvernement chargé des relations avec le Parlement, a assuré au peuple marocain que tous les ministres ont reçu les trois doses d’un des vaccins proposés contre le Covid-19.

Mustapha Baitas a fait et soutenu cette déclaration en montrant son carnet de vaccination aux journalistes lors d’une conférence de presse à l’issue de la réunion du Conseil des gouverneurs du 10 février 2022.




De son côté, Chakib Benmoussa, ministre de l’Éducation nationale, de l’Éducation préscolaire et des Sports, qui a également assisté à la conférence de presse, a fait de même lorsque le porte-parole du gouvernement a répondu à la question d’un journaliste sur le respect par les membres de l’exécutif des mesures restrictives, dont l’administration d’un vaccin entendu contre le covid-19.

Le porte-parole du gouvernement a ajouté : « J’ai reçu les trois doses du vaccin contre le Covid-19. Les première et deuxième doses avec AstraZeneca et la troisième avec Pfizer. »

Il a souligné qu’il n’avait pas l’intention de montrer son carnet de vaccination pour éviter tout « populisme » mais qu’il y avait été contraint à cause des questions des journalistes.

Mustapha Baitas a rappelé que tous les ministres sont également entièrement vaccinés, car la vaccination reste le seul moyen de lutter contre la pandémie de Covid-19.




Discussions sur la vaccination obligatoire en milieu de travail

Il y a actuellement une discussion animée au Maroc sur une éventuelle obligation de vaccination dans certains groupes professionnels et sur le lieu de travail.

Comme en Allemagne, aux États-Unis et dans la plupart des pays du monde, il n’y a pas d’obligation légale de vacciner au Maroc, mais sans carnet de vaccination, vous avez des restrictions importantes dans la vie de tous les jours.

La semaine dernière, le Premier ministre a invité les représentants des syndicats les plus importants à une discussion sur une éventuelle obligation de vaccination, par exemple pour toutes les parties du système de santé (pas seulement les cliniques), dans le secteur des transports et dans le tourisme, ainsi, le gouvernement veut compter sur le soutien des syndicats. Mais ces derniers ont refusé les conditions.

Dans le même temps, on a accusé le gouvernement d’exiger quelque chose que ses membres pourraient ne pas être en mesure d’accomplir eux-mêmes. Le porte-parole du gouvernement a répliqué jeudi dernier.




La campagne de vaccination au Maroc se poursuit

Alors que le Maroc a été salué dans le monde entier pour ses mesures contre le Covid-19 au début de la pandémie et que de nombreux pays européens se sont étonnés de la réussite de la campagne de vaccination très bien organisée, toutefois, le rythme de la vaccination ralentit de plus en plus.

Sur les 32 millions de personnes prévues pour une vaccination complète, 26,7 millions de personnes ont reçu au moins la première dose, 23,1 millions également la deuxième et un peu plus de 5 millions de personnes âgées de 12 ans et plus la troisième dose de vaccination quittent.

Malgré de nombreuses campagnes de communication et de publicité, des vaccins gratuits avec un choix partiel entre Sinopharm et Pfizer/BionTech, des offres de vaccination à seuil bas et des centres de vaccination mobiles (bus et camions), les gens ne sont pas seulement fatigués de la pandémie et fatigués des mesures de restriction, mais de moins en moins disposés à se faire vacciner.

Une combinaison qui n’est pas anodine au vu des frontières ouvertes, même avec des mesures de contrôle et de protection poussées dans les aéroports.