«Rapports sexuels contre de bonnes notes»: un enseignant condamné

«Rapports sexuels contre de bonnes notes»: un enseignant condamné à un an de prison à Tanger




Le tribunal de première instance de Tanger a condamné, la semaine dernière, un enseignant à l’Ecole roi Fahd, à un an de prison ferme, après l’avoir reconnu coupable de «harcèlement sexuel» contre une de ses étudiants.

«L’accusé a été reconnu coupable de harcèlement sexuel devant le tribunal de première instance de Tanger et il a été condamné à un an de prison ferme.

Nous ne sommes pas satisfaits de ce verdict car on parle de faits très graves qui vont à tout jamais marquer la victime», a confié samedi à l’AFP, l’avocate Aïcha Guellaa, qui compte interjeter appel.

L’enseignant de langue espagnole à l’Ecole roi Fahd de Tanger, âgé 46 ans, a été arrêté début janvier en pleine vague de dénonciation du chantage et harcèlement sexuel en milieu universitaire.

Il avait fait l’objet d’une «plainte collective d’une douzaine d’étudiantes et d’étudiants» et a été suspendu de ses fonctions pédagogiques et administratives au sein de l’établissement dès le début de cette procédure.

La justice marocaine a déjà condamné un professeur de l’Université de Settat, le 12 janvier, à deux ans de prison ferme pour avoir fait chanter sexuellement des étudiantes.

Il s’agit du premier verdict prononcé dans le cadre du scandale connu sous le nom de «rapports sexuels contre bonnes notes», qui implique quatre autres professeurs dont le procès est toujours en cours.