Un robot 100% marocain pour extraire le venin des scorpions

Un robot 100% marocain pour extraire le venin des scorpions




Des chercheurs marocains de l’université Hassan II Ben M’Sik à Casablanca ont inventé un robot (dispositif VES4) pour extraire le venin des scorpions. Une prouesse scientifique.

Selon les chercheurs de l’Université Hassan II de Casablanca qui ont développé le robot dans le cadre d’une thèse de doctorat du chercheur Mo’az Mokammel il y a cinq ans, le dispositif “VES4” est un dispositif automatisé qui permet l’extraction rapide et sécurisé de venin scorpionique, rapporte Sci Dev Net.

Le dispositif est destiné aux laboratoires et industries pharmaceutiques spécialisés dans le développement des principes actifs et production d’antidotes. Cela permet donc de développer de nouveaux médicaments pour lutter contre des maladies telles que le paludisme et le cancer.

Selon les explications d’Omar Tannan, membre de l’équipe de recherche, trente-cinq scorpions peuvent être placés en même temps à l’intérieur du robot, qui est programmé pour appliquer une charge électrique contraignant chacun d’eux à libérer une goutte de venin blanc.




Il a souligné que la petite charge ne leur fait aucun mal. Les gouttes de venin sont collectées dans un tube en verre, a déclaré le chercheur.

« L’antenne et le système vibratoire actionnant le robot facilitent la récupération des billes de venin collectées dans les tuyaux, assurant un processus totalement automatisé », a-t-il ajouté.

« La promotion de cette innovation permettra de transférer les résultats de la recherche vers le secteur de la production, ouvrant des portes à des opportunités de financement », a indiqué le professeur Anass Kettani, vice-président de l’Université Hassan II, chargé de l’insertion, de l’entrepreneuriat et du partenariat et directeur de thèse à l’origine de l’invention du système robotique pour l’extraction du venin scorpionique.

« Le robot inventé peut désormais être fabriqué, mais nécessitera des améliorations et des investissements pour le faire passer du laboratoire au marché », a-t-il ajouté.