Maroc: construction et équipement de 150 écoles communautaires

Maroc: construction et équipement de 150 écoles communautaires




– Un prêt de la Banque européenne d’investissement (BEI) de 102,5 millions d’euros (plus d’un milliard de dirhams) contribuera à financer la construction et l’équipement de 150 écoles communautaires au sein de plusieurs Académies régionales de l’éducation et de la formation du Royaume.

– L’opération bénéficie d’une enveloppe budgétaire de 23,30 millions d’euros (245 millions de dirhams) financée par l’Union européenne, qui englobe un don d’investissement de 14 millions d’euros et une assistance technique de 9.3 millions d’euros pour accompagner la mise en œuvre du projet.

– Elle s’inscrit dans le sillon de la réforme du secteur de l’éducation et du programme gouvernemental et vient appuyer les efforts consentis par le Royaume pour une école publique de qualité qui garantit l’équité et l’égalité des chances.




La Banque européenne d’investissement, l’Union européenne et le ministère marocain de l’Économie et des Finances, ont procédé ce mardi 15 février 2022 à la signature de deux conventions pour le financement d’un programme d’investissement portant sur la construction de 150 écoles communautaires et de leurs infrastructures auxiliaires, au sein de plusieurs Académies régionales de l’éducation et la formation (AREF), situées principalement dans les zones rurales du Royaume du Maroc.

Le prêt de la Banque européenne d’investissement, d’un montant de 102,5 millions d’euros (plus d’un milliard de dirhams) est assorti d’une subvention de 23,30 millions d’euros (245 millions de dirhams) de l’Union européenne au titre de la plateforme d’investissement pour le voisinage, composée d’un don d’investissement de 14 millions d’euros et d’une assistance technique de 9,3 millions d’euros pour accompagner la mise en œuvre du projet.

S’ajoute à cette enveloppe, une contribution du budget général de l’Etat d’un montant d’environ 100 millions d’euros pour compléter le plan de financement du programme.

Ces contributions financières de la Banque européenne d’investissement et de l’Union européenne s’inscrivent dans le droit fil de la réforme du secteur de l’éducation 2015-2030 du Royaume du Maroc.




Cette réforme du secteur de l’éducation s’est fixée comme objectifs le renforcement de l’équité dans l’accès à l’éducation sur tout le territoire, en mettant l’accent sur l’inclusion des filles et l’égalité des chances pour réaliser une véritable renaissance éducative.

Cette opération vient compléter les projets d’éducation soutenus actuellement par l’Union Européenne au Royaume du Maroc, notamment le Programme Intégré d’Appui à la Formation et à l’Education au Maroc (PIAFE).

Ce programme de scolarisation rurale prévoit des investissements dans des infrastructures et des équipements scolaires modernes, avec la mise en place d’actions ayant comme finalité l’efficience énergétique dans les écoles et la fourniture de matériel pédagogique innovant.

Des interventions qualitatives sont aussi prévues pour la formation des enseignants et des directeurs des écoles communautaires afin d’améliorer la qualité de l’apprentissage et la gestion de ces d’établissements.

Enfin, des actions d’assistance technique viendront soutenir la Direction concernée au sein du ministère de l’Éducation nationale, du Préscolaire et des Sports, et ce tout au long de la mise en œuvre dudit programme.




Favoriser l’équité territoriale, augmenter le taux de scolarisation et améliorer la qualité des enseignements

L’objectif du programme est d’augmenter les taux de scolarisation au Royaume du Maroc, développer une éducation de qualité et accueillir les élèves dans des conditions adaptées.

Le programme, qui repose sur le modèle innovant d’écoles communautaires mis en place par le Royaume du Maroc, est destiné à mieux répondre aux attentes des populations rurales (élèves, enseignants et parents) en adéquation avec les besoins des territoires et les conditions socio-économiques locales.

Dans cette perspective, le programme mettra l’accent sur l’égalité d’accès à l’éducation en zones rurales pour contribuer à l’inclusion sociale, l’égalité des sexes et à la réduction des déséquilibres territoriaux.

À terme, il s’agit de contribuer à l’évolution et l’épanouissement de la jeunesse marocaine ainsi qu’à leur intégration socio-économique.

Intervenant à l’occasion de cette signature, Madame Nadia Fettah Alaoui, ministre de l’Économie et des Finances, a rappelé « la densité des liens de coopération entre le Royaume du Maroc, la Banque européenne d’investissement et l’Union européenne et l’importance de l’appui de la Banque européenne d’investissement aux efforts de notre pays dans le secteur de l’Education. »




Elle a souligné que « la signature de ce contrat de financement de 102,5 millions d’euros entre le Royaume du Maroc et la Banque européenne d’investissement, assorti d’une convention de financement relatif à un don d’une enveloppe de 23,3 millions d’euros, intervient dans le contexte global marqué par le lancement d’un nouveau modèle de développement, qui accorde une place centrale au secteur de l’Éducation et au capital humain. ».

Enfin, elle a indiqué que ce financement « vient en complément à une contribution du budget général de l’Etat d’un montant d’environ 100 millions d’euros et qu’il s’agit d’un programme parfaitement en accord avec la vision stratégique du gouvernement marocain pour le secteur de l’éducation visant à améliorer la performance globale du secteur jusqu’en 2030 ».

Madame Patricia Pilar Llombart Cussac, Ambassadrice de l’Union européenne au Maroc a ainsi déclaré : « Nous nous réjouissons d’être aux côtés du Maroc pour appuyer ses efforts pour une éducation inclusive et de qualité. L’inclusion sociale commence dès l’école. L’égalité des chances doit être à la portée de tous les enfants, filles et garçons.




C’est pour cette raison que les zones rurales sont prioritaires au sein de ce programme de construction de 150 écoles communautaires qui seront dotées d’infrastructures et d’équipements modernes, et de ressources humaines qualifiées. »

« Je suis très heureuse d’annoncer cet ambitieux programme dédié à la scolarisation rurale au Maroc, puisqu’il s’inscrit parfaitement dans la stratégie du Maroc visant à favoriser l’inclusion scolaire des jeunes marocains en milieu rural, en particulier des filles, et qu’il permettra aux jeunes générations de mieux s’insérer dans la société. » a déclaré Madame Flavia Palanza, Directrice des Opérations de la Banque Européenne d’Investissement dans les pays voisins de l’Union Européenne. Et d’ajouter : « Le secteur éducatif reste une priorité majeure du Maroc.

À ce titre, nous sommes fiers d’apporter notre expertise pour améliorer l’accès et la qualité de l’enseignement dans tout le pays. Grâce à ce nouveau programme, nous contribuons à former les futures générations. »

Pour l’occasion, Monsieur Chakib Benmoussa, ministre de l’Education nationale, du Préscolaire et des Sports a indiqué que « ce programme, vient apporter une contribution majeure aux efforts du Royaume en faveur de l’équité d’accès à l’éducation dans le milieu rural et de l’amélioration des conditions de scolarité pour une école de qualité pour tous.




Le modèle de l’école communautaire a démontré son importance et son efficacité dans plusieurs régions du Maroc et a permis d’améliorer de manière significative les taux de réussite dans ces zones et de baisser l’abandon scolaire. »

Et d’ajouter : « Le gouvernement s’est engagé dans son programme à améliorer l’éducation en milieu rural à travers le renforcement du réseau des écoles communautaires selon un modèle rénové basé sur l’optimisation des structures d’accueil, la facilitation de l’accès, notamment au profit des filles rurales, le soutien scolaire et une gouvernance impliquant de manière accrue les partenaires ».

Ce financement, qui s’inscrit dans le cadre du partenariat entre l’Union Européenne et le Royaume du Maroc et dans le cadre du mandat de prêt extérieur (ELM) 2014-2020 de la Banque européenne d’investissement, participe également à la réalisation des objectifs de développement durable (ODD) des Nations Unies pour garantir une éducation inclusive, équitable et de qualité tout en faisant la promotion des opportunités d’apprentissage pour l’ensemble des bénéficiaires (objectif 4).