Pourquoi le Maroc maintient fermé le trafic maritime avec l’Espagne?

Pourquoi le Maroc maintient fermé le trafic maritime avec l’Espagne?




Alors que le royaume du Maroc a ouvert ses frontières, les liaisons maritimes avec l’Espagne sont toujours suspendues, officiellement pour des raisons d’ordre sanitaire.

Pour les touristes, pour ceux qui vivent du tourisme au Maroc, pour les Marocains coincés à l’étranger depuis des mois, c’est bien sûr une bonne nouvelle.

Modalités de voyage

Tout voyageur doit être vacciné, selon un communiqué du gouvernement. En plus du pass vaccinal, il lui faut présenter à l’embarquement le résultat d’un test PCR négatif de moins de 48 heures. A l’arrivée au Maroc, il est soumis à un test antigénique rapide et des tests PCR « aléatoires » seront effectués sur des groupes de passagers. Enfin, pour les touristes, les autorités prévoient « la possibilité d’effectuer un test supplémentaire à l’hôtel ou au centre de résidence 48 heures après leur entrée sur le territoire », précise le communiqué.

Les vols internationaux étaient suspendus depuis le 29 novembre dernier. Quant au trafic maritime, les ports espagnols avaient été écartés de l’opération Marhaba 2021 (des remises sur le prix des billets), pour cause de fâcherie diplomatique entre les deux pays. Le Maroc accusait l’Espagne d’accueillir sous une fausse identité le leader du Front Polisario, Brahim Ghali, pour des soins.




Les liaisons maritimes avec l’Espagne toujours fermées

Or cette relation maritime avec l’Espagne reste étonnament fermée. Les autorités portuaires de Tarifa et d’Algésiras en Espagne n’ont pas été à ce jour informées d’une reprise du trafic. Selon le quotidien espagnol El Pais, Rabat met en avant des problèmes sanitaires. En effet, la traversée serait trop courte pour obtenir le résultat des tests PCR anti-covid « aléatoires » effectués sur les passagers, ce qui n’est pas le cas depuis la France ou l’Italie.

Mais selon El Pais, le ministère espagnol des Affaires étrangères a bon espoir de voir Rabat rouvrir les liaisons vers les ports d’Andalousie qui voient passer dix millions de passagers chaque année. « Je pense que tout va reprendre, probablement pas aussi vite que Twitter le souhaiterait, mais beaucoup plus solidement qu’on ne peut l’imaginer », a déclaré José Manuel Albares.

Une évolution favorable qui ne serait pas étrangère aux négociations sur le gaz entre les deux pays. Suite à la fermeture du gazoduc Maghreb-Europe décrétée par l’Algérie, le Maroc ne reçoit plus aucun mètre cube de gaz. Rabat souhaiterait que Madrid lui vende du gaz et l’expédie par le gazoduc désormais inutilisé. Une demande qui a reçu une réponse positive de l’Espagne qui s’attend donc à un renvoi d’ascenseur.