Qualifications Mondial 2022: les dates des matchs de barrage Maroc-RDC

Qualifications Mondial 2022: les nouvelles dates des matchs de barrage Maroc-RDC




Prévu le 26 mars prochain, le match aller des barrages de la Coupe du Monde 2022 entre le Maroc et la République démocratique du Congo, change de date.

Quant au match retour, il change d’heure.

Selon une note de la FIFA envoyée à la Fédération royale de football, le match aller des barrages de la Coupe du Monde 2022, qui oppose le Maroc à la République démocratique du Congo, se tiendra le 25 mars à 16 h au Stade des Martyrs de Kinshasa.

Pour ce qui est du retour, rien à changer si ce n’est la date.

Ce sera donc le 29 mars à 20h30 au Complexe Mohammed V de Casablanca.

C’est à la suite d’un tirage au sort effectué le 22 janvier dernier Douala au Cameroun, que le Maroc a hérité de la RDC.

Le vainqueur des barrages aura son ticket pour la Coupe du monde.

Les autres matchs barrages de la zone Afrique sont tous aussi prometteurs.

Il y aura Égypte-Sénégal, une occasion pour les Égyptiens d’avoir leur revanche sur les Sénégalais qui les ont battus à la finale de la Coupe d’Afrique des nations (CAN) qui s’est déroulée au Cameroun.




Maroc-RD Congo: une revanche à prendre… pour l’histoire

Le Maroc affrontera la République Démocratique du Congo (RDC) en match barrage qualificatif pour la Coupe du Monde de football Qatar 2022, à l’issue du tirage au sort effectué, samedi à Douala, en marge de la CAN 2021.

La victoire sur l’ensemble des deux confrontations, aller-retour, mettra les Lions de l’Atlas sur le chemin vers Doha, mais permettra également au football national de prendre une revanche historique sur les Léopards.

Flashback.

Nous sommes en décembre 1973.

Le Maroc, déjà présent au Mexique en 1970, entame les éliminatoires africaines de la Coupe du monde en position de favori.

Battus par la Zambie 4-0, les Lions se rendent à Kinshasa pour chercher une qualification face au grand Zaïre de l’époque, aujourd’hui RD Congo, vainqueurs contre les Chipolopolo à deux reprises.

Vainqueurs 2-0, deux semaines plus tôt, sur la Zambie à Tétouan, les Lions de l’Atlas comptent alors deux points, et doivent obligatoirement battre le Zaïre (4 points) pour s’assurer le billet qualificatif pour le Mondial 1974 en Allemagne de l’Ouest.




Soutenus par le maréchal Mobutu qui a mis sa fortune personnelle à disposition de la fédération de son pays, les Léopards vont s’offrir les services du prestigieux technicien yougoslave Blagoje Vidinic.

Les joueurs, eux, se voient offrir des primes somptueuses sous la forme de voitures de luxe ou de terrains.

Mobutu, mort le 7 septembre 1997 à Rabat, n’hésite pas à mettre son jet privé à la disposition de l’équipe nationale pour ses déplacements.

Devant près de 20.000 supporters zaïrois dans les gradins du Stade Tate Raphael à Kinshasa, la première mi-temps se termine par un nul 0-0.

De retour des vestiaires, suite à un énorme cafouillage dans la surface de réparation marocaine, les Léopards ouvrent le score.

Le Onze national tente d’expliquer à l’arbitre ghanéen, George Lamptey, qu’une faute a été commise sur le gardien du KACM, Ahmed Belkourchi, avant que Jean Kembo uba Kembo ne saisissent l’occasion, mais l’arbitre ignore les doléances marocaines.

Visiblement énervés, les Marocains encaissent un deuxième but marqué par le même joueur.




Ekofa Mbungu, aligné à la place de Kembo, s’illustre et tue le match (3-0). Le Zaïre devient la toute première sélection subsaharienne à jouer une Coupe du monde.

Scandalisé par un arbitrage-maison, la Fédération royale marocaine de football (FRMF) demande à ce que le match soit rejoué.

La FIFA rejette finalement l’appel du Maroc qui, en guise de protestation, boycotte la dernière rencontre retour.

Les Léopards vainqueur sur tapis vert 2:0 et filent en Allemagne de l’Ouest.

Cet incident marquera tellement les dirigeants du football national qu’ils vont décider de boycotter la CAN 1974 en Égypte.

Une édition remporté, au Caire, par ce même puissant Zaïre contre le Zambie.

Le Maroc, avec ce goût d’amertume, se prépare dans l’ombre et reviendra en force, deux ans plus tard, pour remporter sa première CAN en 1976 à Addis-Abeba.

Mais un compte reste à régler, dans quelques semaines, avec les Léopards.

L’occasion s’offre aux hommes de Vahid Halilhodzic, avec un retour à domicile.

À nous de réécrire l’histoire.