De nouvelles révélations sur les incendies en Algérie

De nouvelles révélations sur les incendies en Algérie après les accusations contre le Maroc




« Abdelmohssine Abou Jalibi », un membre d’Al-Qaïda au Maghreb Islamique (AQMI) accuse l’Algérie d’être responsable des incendies qui ont ravagé le Nord de son pays voisin et pour lesquels l’Algérie avait accusé le Royaume du Maroc. « Les incendies n’ont jamais été naturels, mais ont été causés par la main de l’homme, l’Armée nationale populaire algérienne (ANP) en l’occurrence. […] L’Armée nationale populaire les a encerclés dans les montagnes dans des lieux fortement boisés et au relief difficile qui servant de transit aux groupes terroristes qui se déplacent dans les monts et forêts de Boumerdès, Tizi Ouzou, ou Béjaïa et Bordj Bou Arréridj ».




C’est ce qu’a affirmé l’islamiste « Abdelmohssine Abou Jalibi » dans une vidéo qui a été diffusée sur le site web de la Fondation Andalus, de l’organisation terroriste Al-Qaïda. « Lourdement armés et munis de gros équipements militaires dont des hélicoptères », les soldats de l’Armée nationale populaire algérienne « ont allumé les grands incendies visant à assiéger les membres de l’organisation d’Al-Qaïda au Maghreb Islamique, détruisant ainsi de vastes étendues de forêts de cèdres » de Kabylie dans le nord de l’Algérie, une région où l’organisation est née, a poursuivi le membre d’Al-Qaïda au Maghreb Islamique « Abdelmohssine Abou Jalibi ».




L’Armée nationale populaire algérienne occupe désormais cette partie du territoire algérien. Début août dernier, des incendies ont ravagé le Nord de l’Algérie. Alger qui a coupé les ponts avec son voisin de l’Ouest avait accusé Rabat d’être derrière ces feux de forêts qui ont fait plus de 90 morts. Lors d’une réunion présidée par le chef de l’État algérien, Abdelmadjid Tebboune, le Haut conseil de sécurité (HCS) a accusé le Mouvement pour l’autodétermination de la Kabylie (MAK) et le mouvement Rachad, classés comme « organisations terroristes » et considérés comme protégés du Royaume du Maroc et d’Israël d’être les responsables de ces incendies meurtriers.