Un journaliste marocain fait l’historique de la migration algérienne au Maroc

Un journaliste marocain fait l’historique de la migration algérienne vers le Maroc




Une conférence virtuelle organisée par la fondation Maroc du Patrimoine, a permis à l’écrivain-journaliste Mohamed Seddik Maâninou de passer en revue les différentes étapes de la migration algérienne vers le Royaume du Maroc.

Au cours de cette conférence intitulée « Pour ne pas oublier. Des Marocains Algériens », l’écrivain-journaliste a expliqué que les Algériens ont afflué vers diverses villes du Royaume du Maroc à la recherche d’asile, en quête d’emploi ou de motivations politiques liées à la présence française en Algérie.

Les premières vagues d’immigration algérienne au Maroc ont commencé à travers deux navires qui ont accosté à Tétouan.

À l’époque, le sultan du Royaume du Maroc a donné des instructions pour qu’on prenne soin d’eux en leur allouant des subventions.




Le fait que le Royaume du Maroc soit un pays musulman a fait de lui un lieu sûr pour les migrants algériens.

L’écrivain-journaliste Mohamed Seddik Maâninou a expliqué que les Algériens sont venus principalement de Tlemcen et d’Oran, vers les grandes villes marocaines telles qu’Oujda, Fès, Meknès, Salé et la région du Gharb.

La ville de Fès a été celle qui a accueilli le plus de migrants, soit environ 11% de la population de la ville, qui comptait 60 000 habitants.

Au Royaume du Maroc, les Algériens ont exercé divers métiers.

De la traduction avec l’occupant français à l’enseignement dans les écoles marocaines en raison de leur maîtrise des deux langues, l’arabe et le français, ils n’ont eu aucun mal à s’intégrer.

Le Royaume du Maroc leur a été d’un grand soutien en les accompagnant dans plusieurs domaines.