La sécheresse au Maroc pourrait faire grimper le prix du cannabis

La sécheresse au Maroc pourrait faire grimper le prix du cannabis




Inquiets des effets de la sécheresse sur leurs récoltes, les producteurs de cannabis appellent le gouvernement à l’aide.

La détresse hydrique menace actuellement tout le Royaume du Maroc.

L’absence de pluie et de neige affecte négativement la saison agricole en cours au Maroc, a déclaré à Hespress Mohamed About, responsable de l’Association Rif Mountain (Ligue de Jibel Rif).

« La région des montagnes du Rif (où est produit le cannabis, ressource majeure de la population locale) ne fait pas exception.

Elle est également directement affectée par l’absence de précipitations », a-t-il ajouté. Craignant une saison sèche, les agriculteurs de la région appellent le gouvernement au secours.

Selon les explications de Mohamed About, l’agriculture dans les montagnes du Rif est différente du reste des régions du Maroc, du fait de la nature du terrain et du temps froid qui y sévit.

La saison des labours débute dans les montagnes du Rif en mars, tandis qu’elle commence dès le début de l’hiver dans le reste des zones nationales.

« Les montagnes du Rif sont relativement élevées et situées au nord du royaume et donc connaissent en fonction de la météorologie des saisons des chutes de neige plus ou moins appropriées.

Mars en devient de facto, le mois le plus indiqué pour le début de la saison des labours », a expliqué le responsable, ajoutant que le « retard dans ces zones oblige la population à dépendre de l’irrigation au lieu de la pluie, car l’agriculture est encore en cours de maturité tout au long des mois d’été ».